Community-header-background Cet article, Sforza Stavro Porphyr, a été écrit par Reyn la Marmotte. Veuillez ne pas éditer ou utiliser cette fiction sans la permission de l'auteur.
"Tu entends cette foule dehors ? Ils réclament ta mort. Une mort … spectaculaire. Une mort qui rappellera à tous ce qu'il advient de ceux qui défient la Sainte Inquisition. Tout à fait entre nous, tu n'as pas la moindre idée du nombre de fois où j'ai rêvé de ce moment … Maintenant, à genoux. (gifle) J'ai dit : A GENOUX !!!"
—Seigneur-Inquisiteur Porphyr, contexte inconnu.

Sforza Stavro Porphyr est un Seigneur Inquisiteur de l'Ordo Malleus ainsi qu'un partisan extrémiste de la doctrine Puritaine. Son nom est associé à de nombreux événements sanglants et restés tristement célèbres dans l'Histoire récente de l'Inquisition. En effet, Porphyr compte à son actif un nombre impressionnant d'Exterminatus, de pogroms et de "Rééducations" de mondes impériaux appliquées avec la froideur légendaire de celui que l'on surnomme le Boucher des Fiefs de Mandor.

Biographie

Un acolyte Radical

Comment et pourquoi le jeune Sforza est entré au service de l'Inquisiteur Redmar sont des questions destinées à rester sans réponses. La première apparition de Porphyr remonte à 891 M.41. A cette époque, il était encore un acolyte dans la suite du célèbre Inquisiteur Vernst Redmar de l'Odro Malleus, connu pour son radicalisme et son goût pour les expérimentations sur des sujets démoniaques. En effet, l'Inquisiteur ambitionnait depuis toujours de comprendre la nature profonde des démons et du Warp afin de pouvoir mettre au point une arme qui les anéantirait. Il capturait des créatures de l'Immaterium et se livrait à de très nombreux tests sur elles, étudiant leurs réactions face des centaines de situations différentes, disséquant leur anatomie surnaturelle, tentant même de les influencer mentalement par divers dispositifs hypnotiques ou chimiques. L'acolyte Porphyr était le principal assistant de son maître, prenant en note tous les résultats des expériences de son maître avec la froideur que l'Imperium lui connaît aujourd'hui et semblant apprécier l'agonie des démons au plus au point. Des années d'études acharnées finirent par payer ironiquement pour Redmar sous la forme d'une révélation néanmoins insatisfaisante, comme si ses sujets se moquaient une fois de plus de lui avant de retourner au Warp sous les coups du scalpel de l'Inquisiteur : les émotions et la pensée, voilà de quoi le Chaos tirait sa force. Redmar se rendit compte qu'il ne pouvait abattre les ténèbres qui guettaient au cœur de l'Œil de la Terreur. Cependant, tel n'était pas l'avis de son assistant qui considérait qu'aucun sacrifice ne serait trop grand pour exterminer les Forces du Chaos une bonne fois pour toutes.

L'Inquisiteur Puritain de l'Ordo Malleus

Les circonstances de la succession de Porphyr à son maître sont mal connues. Les archives inquisitoriales ne mentionnent pas de date pour la mort ou la disparition de Redmar. Porphyr apparaît simplement enregistré comme inquisiteur de l'Ordo Malleus à partir de l'année 918 M.41. Plusieurs membres de la suite de Redmar semblent avoir également disparu plus ou moins au même moment que leur maître curieusement. Si son maître clamait son radicalisme à cor et à cris, Porphyr, lui dès son accession au rang d'Inquisiteur semble s'être davantage rapproché de la tendance puritaine, partageant une partie du fruit des recherches de son ancien maître avec plusieurs puritains fanatiques. Fort des connaissances acquises auprès de Redmar, Porphyr devint vite un tueur de démon très respecté au sein de l'Ordo Malleus, ayant éliminé des entités majeures du Warp en quelques coups précis grâce à sa connaissance encyclopédique de leurs points faibles. Porphyr se montrait également impitoyable dans sa manière de traiter les adorateurs des Dieux Noirs, les humiliant publiquement en les forçant à se flageller avant de les brûler comme hérétiques. Le temps passant, cette propension à rabaisser ceux qu'il jugeait hérétiques atteint des proportions confinant au délire chez Porphyr. L'un des exemples les plus célèbres fut la "Rééducation", comme l'appelle Porphyr, de la population des mondes de Mandor, lorsque la population entière de ces quatre planètes, suspectée d'avoir couvert les agissements du mystérieux justicier criminel Amadis Valcar, fut internée dans des camps où les langues des déportés étaient coupées avant que leurs effets personnels et vêtements ne leurs soient confisqués, leur nourriture rationnée jusqu'à l'extrême et que tous soient assignés à des travaux forcés qui dureraient encore aujourd'hui. Une anecdote veut que le célèbre Inquisiteur Bastien Pavonis qui alors traquait Valcar ait assisté à cet événement et une violente altercation aurait eu lieu avec Porphyr, se soldant par la cicatrice qui lui déforme aujourd'hui la moitié droite du visage.

Le théoricien de l'Antipsychisme

Porphyr est célèbre pour ses nombreux actes de barbarie et pour les actes inhumains dont ils s'est rendu responsable sur des milliers de mondes mais l'Inquisition retient d'abord son nom pour les thèses qu'il a présenté lors du Conclave d'Armandrath VI en 933 M.41 et qui encore aujourd'hui divisent fortement les membres des Saints Ordos de l'Inquisition. En effet, lors de l'assemblée des inquisiteurs, Porphyr prit la parole expliquant tout d'abord la découverte de son ancien maître, Redmar, sur la nature du Chaos. Une fois ces fondements posés, il affirma que la ligne de conduite à adopter par l'Inquisition au regard de ces révélations devait être un anéantissement total des psykers dans toute la Galaxie, qu'ils soient humains ou Xeno, ou à défaut, une "rationalisation de leurs effectifs" et une batterie de traitements du cerveau mutant des survivants. Porphyr ajouta aussi que l'Inquisition se devait d'agir également contre les émotions ressenties par les masses au sein de l'Imperium par l'utilisation massive de dispositifs de conditionnement mental dès la naissance. Il assura à tous qu'avec une telle politique, le Chaos deviendrait vite une menace mineure dans le siècle qui viendrait. Les réactions face au discours de Porphyr furent aussi vives que mitigées. De nombreux inquisiteurs étant eux-mêmes psykers menacèrent avec véhémence leur collègue, d'autres, fanatiquement dévoués au dogme impérial se rangèrent aux côtés de celui qu'ils nomment encore aujourd'hui le "Psypurificateur". Quoi qu'il en soit, il reste bien connu que le Conclave d'Armandrath VI s'acheva sur un bain de sang dont seuls Porphyr et ses partisans sortirent vivants bien que blessés.

Le Seigneur Inquisiteur

Les théories de Porphyr firent leur chemin au sein de l'Inquisition, particulièrement parmi les agents de l'Ordo Malleus, bien connus de l'Inquisiteur qui plus que le reste de leurs collègues connaissaient la dangerosité du Warp et de ses habitants. Ce fût donc au sein des chasseurs de démons que Porphyr trouva ses alliés les plus nombreux. Personne ne sait quand exactement mais il se raconte que le Psypurificateur aurait réuni tous ses partisans sur un monde secret pour leur exposer un plan qui lui permettrait de concrétiser ses discours génocidaires. Nul ne sait si ces rumeurs sont fondées ou non mais il demeure certain que ses nombreux alliés soutinrent l'accession de Porphyr au rang de Seigneur-Inquisiteur. Cette accession ne se fit cependant pas sans mal, de nombreux autres inquisiteurs demeurant fortement opposés à ce qu'un homme aussi dangereux atteigne un tel niveau d'influence. Des luttes fratricides divisèrent l'Ordo Malleus pendant quelques années avant qu'il apparaisse que les opposants à Porphyr aient détruit l'une des principales forteresses-reliques de l'Ordo. Les principaux accusés de ce sacrilège furent impitoyablement brûlés comme hérétiques par Porphyr bien que jusqu'au bout ils clamèrent leur innocence et maudirent leur bourreau. Ce fut donc avec le sang de ses frères sur les mains que l'Inquisiteur Porphyr prit place sur l'un trônes Malleus aux côtés d'hommes illustres comme Coteaz. Dès lors, à la tête de ce nouveau pouvoir, Porphyr avait toute latitude pour diriger des pogroms anti-psykers sur les mondes impériaux. Sa volonté d'extermination ne s'arrêtait d'ailleurs pas aux pratiquants des arts psychiques mais également à leurs familles et tout ceux qui y étaient liés de près ou de loin, s'échelonnant sur les "Paliers de la Souillure" mis en place par Porphyr. En outre, pour s'assurer que jamais son autorité ne soit remise en cause, Porphyr installa des "Régimes de Rééducation" sur de nombreux mondes, tous dirigés par un inquisiteur en qui le Psypurificateur pouvait avoir entièrement confiance. Ces mesures censées rester provisoires sont encore d'actualité à la fin du 41ème Millénaire et des dizaines de milliards de citoyens de de l'Imperium se font encore laver quotidiennement le cerveau sous la surveillance perpétuelle d'essaims de servo-crânes de l'Inquisition ...

Descriptions

Physique

Porphyr apparaît sous les traits d'un homme grand, maigre malgré sa carrure de militaire, arborant une répugnante cicatrice traversant la moitié droite de son visage. Son crâne est impeccablement rasé et ses yeux d'un bleu délavé toisent avec mépris tout ceux qui se présentent à eux sans la moindre distinction pour le rang ou les faits d'armes des interlocuteurs de Porphyr.

Psychologique

C'est peut être le plus froid des agents du Trône, ne ressentant aucune émotion à l'exception de sa haine obsessionnelle pour les psykers qu'il considère comme une race mutante devant être anéantie par tous les moyens possibles, à moins que l'on ne parvienne à les "rééduquer" pour que jamais ils ne puissent représenter la moindre menace pour l'Imperium. Une autre caractéristique bien connue du Seigneur Inquisiteur est sa propension à humilier ses victimes jusqu'à les animaliser totalement avant de les exécuter.

En effet, Porphyr semble éprouver une fascination malsaine pour les différents processus de déshumanisation que l'on peut infliger à un être humain. Porphyr ne semble éprouver de la satisfaction par le rabaissement le plus total de ceux qu'il considère comme les ennemis de l'Empereur. Cet état de fait s'est traduit à plusieurs reprises par l'application de méthodes réprouvées par certains membres l'Inquisition et dont on ne parle qu'à mots couverts.

Le Seigneur Inquisiteur Porphyr est donc un homme en croisade perpétuelle contre les sorciers qu'il accuse d'être responsables de tous les cataclysmes Warp survenant dans l'Imperium. En tant que membre du Malleus, il lutte activement contre les incursions démoniaques dans la réalité avec une efficacité aussi optimale que brutale. C'est également un adversaire véhément de tous les inquisiteurs adeptes des doctrines radicales et même de certains dogmes puritains qu'il juge trop inefficaces, accusant ses membres d'hérésie pour ne pas partager sa haine des psykers et des radicaux. Cependant, Porphyr est malheureusement loin de se résumer à un fanatique semant les mondes exterminés derrière lui. Certains de ses anciens collaborateurs ont pu évoquer à mots couverts un plan élaboré par le Seigneur Inquisiteur, un plan dont tous les tenants et aboutissants ne sont pas connus et qui pourrait bien bouleverser le sort de la Galaxie à un prix trop élevé pour être acceptable.

Equipements

L'Amulette Anvil Crux

Ce rosarius amélioré a été découvert par Porphyr puis saisi au cours d'une investigation létale lancée sur le monde-cathédrale d'Ionisiad Prime. Comme tout rosarius, celui-ci protège son porteur en émettant un puissant champ de force, cependant, la conception de l'Amulette Anvil Crux est plus ancienne et d'une qualité telle qu'en plus de repousser les tirs et projectiles dirigés contre Porphyr, elle peut également désactiver les esprits de la Machine liés à certaines armes comme les épées énergétiques ou les lames tronçonneuse lorsque celles-ci entrent dans la zone du champ de force.

Le Curassier Panzershroud

Cette antique armure de combat conçue sur un châssis proche de celui des exosquelettes des Centurions de l'Adeptus Astartes est aussi résistante qu'elle est massive. L'appareil a pour seul véritable défaut d'être lent mais compense ce désavantage par la puissance de feu des Multi-Fulgurants placés sur ses poings, employant tous les types de munitions. La façon dont Porphyr est entré en possession de cette relique datant de la Grande Croisade reste inconnue à ce jour mais il reste possible que les relations de Porphyr auprès de l'Adeptus Mechanicus aient pu jouer en sa faveur pour l'obtention du Panzershroud. Quoi qu'il en soit, l'Inquisiteur Porphyr ne se rend au combat vêtu de ce puissant exosquelette que pour terrasser les ennemis les plus redoutables de l'Empereur, comme pourraient en attester de nombreux Démons Majeurs et Seigneurs du Chaos.

La Main d'Eliminatus

Cette prothèse bionique remplace le bras droit de Porphyr depuis son premier affrontement avec Amadis Valcar. Ce bras blindé a écrasé plus d'un crâne de présumé hérétique par une seule et simple pression, cependant, le vrai danger lié à cette arme réside dans le Fuseur qui y est intégré. Lorsque la main d'acier de Porphyr se replie, elle laisse la place à la gueule d'un canon qui a souvent constitué la dernière vision terrestre de nombre d'ennemis de l'Inquisition ayant cru tenir le Boucher des Fiefs de Mandor à leur merci.

Connaissances

Informations manquantes

Faits Notables

Informations manquantes

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .