FANDOM


Segmentum Pacificus
Cet article, Primal Avatars, a été écrit par Khendal. Il s'agit d'un article d'Univers Étendu. Le fluff s'étend sur un élément établi du canon ,mais ne le contredit pas.
Community-header-background Cet article, Primal Avatars, a été écrit par Khendal. Veuillez ne pas éditer ou utiliser cette fiction sans la permission de l'auteur.
Techno-Prêtre Cet article, Primal Avatars, est actuellement en construction. L'auteur s'excuse pour le dérangement.

" Vous qui êtes destinés à me suivre par-delà les cieux, que votre sagesse et détermination vous guident à travers les étoiles. Répandons l'unité de l'Impérium jusqu'aux confins même des mondes, car un peuple divisé ne peut survivre à la malice des esprits oubliés."
— Chamayat, Primarque de la deuxième légion des "Primal Avatars" à ses fils avant de partir pour la Grande Croisade.

Histoire

La deuxième légion, originellement appelée "Feral Spirits" a été créée à partir du matériel génétique du deuxième primarque, Chamayat. Issue des tribus mystiques et sauvages des technos barbares terrans, la légion recrutait principalement sur les anciens continents de Mérica, d'Hy Brasil, d'Abyssna et d'Australia. Bien que très peu nombreux, en comparaison à d'autre légion comme la neuvième, les "Feral Spirits" ont toujours compensé leur infériorité numérique par une discipline accrue, une maîtrise de leur environnement, ainsi qu'un appel à leurs capacités surnaturelles. De très bons éclaireurs, ils étaient spécialisés dans l'engagement sur de grands terrains plats, comme des plaines ou des déserts, ainsi que dans des forêts plutôt denses. Ils ne furent pas employés directement dans les grands engagements de la guerre d'unification de Terra, l'Empereur préférant leur confier des tâches spécifiques à leur spécialisation. Cependant, ce dernier fit appel à eux pendant les autres guerres d'unification au sein du système sol, principalement sur Vénus et Mercure, deux planètes aux conditions atmosphériques difficiles mais parfaitement adaptées au style de combat de la légion. C'est réellement ici qu'elle se fit son nom et sa renommée pour le combat.

Fichier:Feral Spirits Assault.png

Une force uniquement composée de 40 000 hommes, la légion ne se divisa pas autant que les autres lors de la conquête du reste du Segmentum Solar. Leur faible nombre demanda un haut degré de collaboration et de coopération entre les différents bataillons de la légion. Cependant, les astartes ne se mêler que très peu avec leurs auxiliaires ainsi que les autres légions, habituées à la solitude depuis leur création sur Terra, sentiment renforcé par la méfiance qu'éprouvait le reste de l'Imperium face à leurs capacités psychiques ainsi que face aux mutations étranges que subissait la seule légion ressemblant à la deuxième, la quinzième. C'est ainsi que seule, autonome, la légion des "Feral Spirits" continua à avancer, lentement à travers les étoiles. Ne pouvant bénéficier d'une chaîne de ravitaillement efficace, les légionnaires devinrent des diplomates, utilisant uniquement la force quand cela était nécessaire. Ils construisaient une image idéalisée de l'Imperium de l'humanité afin de rallier le plus possible de mondes à la cause de leur maître. Cependant, toute défiance de la part des autochtones était éradiquée quand la légion estimait être dans les capacités de le faire, ou bien signalée au reste des forces impériales pour qu'elles puissent régler ce problème à leur place. Cela leur valut des remontrances de la part d'Horus,nouvellement retrouvé par l'Empereur,  ainsi qu'une mauvaise réputation au sein du commandement impérial. La légion ne le voyait pas comme cela, s'estimant comme une force de reconnaissance, annonçant l'arrivée de l'Imperium, et estimant le danger.

La légion ne fut pas impliquée dans de grands engagements destructeurs, mais fut à la source de la disparition de quelques espèces xénos mineures. C'est alors que la légion arriva dans le secteur Latinkon, dans le Segmentum Obscurus, abritant la planète Kastigeris, domicile de leur progéniteur.

Jeunesse et réunification

Le deuxième primarque, dans son enfance fut séparé de ses frères suite à la traîtrise des pouvoirs de la ruine. Il arriva sur une planète quelque peu éloignée de Terra, dénommée Kastigeris. Cette dernière était composée de deux larges continents reliés par un isthme. Le reste de la planète était composé d'un immense océan et de petits archipels répartis de façon aléatoire le long de la côte. Il y avait peu d'activités telluriques, le climat était tempéré et le paysage était principalement composé de plaines et de collines, des monts rocheux étaient éparpillés partout sur les continents. La planète était peu peuplée, de seulement quelques millions d'habitants, avec un niveau technologique primitif. Il y avait deux cultures principales sur cette terre, chacune dominant un continent. 

Le deuxième primarque, après la chute de sa capsule au sommet d'une montagne, fut recueilli par le peuple tribal Shorokee, un peuple nomade honorant des esprits de la nature. Le site d'atterrissage de la capsule était un lieu spirituel de la plus haute importance pour ce peuple. Cette arrivée fut prise comme un signe de la part des esprits, et le chef de la tribu décida d'adopter l'enfant. Son père adoptif était le meneur spirituel de la tribu. Il menait des rituels qui lui avaient permis de percevoir cet événement bien avant son arrivée. Il connaissait partiellement son rôle à jouer auprès de cet enfant qui était destiné à de grandes choses. Il savait que l'enfant percevrait les esprits comme lui-même pouvait le faire. Il décide de l'appeler Chamayat, ce qui signifiait "gardien des esprits" dans la langue de son peuple.

En vieillissant, Chamayat grandit très rapidement, pour atteindre la même taille que les adultes qui l'entouraient à l'âge de treize ans. Il avait appris à communier avec la nature, à communiquer avec les esprits patrons des éléments, à les invoquer et à maîtriser leur puissance. Il avait été élevé selon les traditions de sa tribu, qui, malgré une certaine tradition guerrière, préférait utiliser des moyens diplomatiques. Il était devenu aussi puissant psychiquement que le conseil entier des shamans de sa tribu. Cependant, son pouvoir ne semblait pas lui donner des ambitions particulières. Il était loyal envers sa tribu, envers son père qui ne lui avait pas caché la vérité sur ses origines. Il savait qu'il venait des étoiles et qu'il n'était pas originaire de cette planète.

Un jour, Chamayat, son père et l'ensemble du conseil des shamans avaient été convoqués au grand concile shamanique de leur peuple. En effet, le continent qu'ils habitaient étaient dominés par leur propre peuple, composé d'un ensemble de tribus nomades, toutes dirigées par la seule tribu sédentaire du continent. La capitale, et seule ville du continent, était protégé par de hauts murs de pierre, renforcés par des bûches de bois. La ville en elle-même était plutôt petite, abritant quelques dixaines de milliers d'âmes. C'était la première fois que Chamayat rencontrait d'autres membres de son peuple qui n'appartenaient pas à sa tribu. Tous parlaient le même langage, bien qu'avec des accents différents. Ils avaient tous la peau brune, de longs cheveux noirs et des yeux en amande. Chamayat, lui, avait certes le teint cuivré par le soleil, mais ses longs cheveux étaient châtains et ses yeux étaient bleus. Tous portaient de longs colifichets autour du cou et se présentaient avec leurs noms entiers, ainsi que leur surnom. Tous ressentaient l'énorme puissance de Chamayat, et rapidement, un rassemblement important se fit au centre du village. Tout le monde s'agglutinait pour rencontrer le prodige. C'est alors que le Grand chef de son peuple apparut. Il était puissant, mais son pouvoir n'égalait pas celui de Chamayat. Les deux hommes s'estimèrent du regard. Beaucoup auraient dit voir de la tension entre les deux. Cependant, leurs doutes s'effacèrent quand les deux hommes s'empoignèrent en riant. Bien que les hommes ne se soient jamais rencontrés, ils se parlaient comme s'ils se connaissaient déjà, s'adressant à l'autre par son prénom, bien qu'ils ne l'eussent jamais entendu auparavant. L'assemblée fut choquée, même le père adoptif de Chamayat n'avait pas prévu cet événement. C'est alors que le Grand chef expliqua la situation. Les deux hommes avaient déjà rencontré l'âme de l'autre, lors de séances de contrôle des esprits. Ils avaient cependant cru que l'autre était un esprit, et non pas un humain projetant son âme dans le royaume de l'éther. C'est alors que le jeune homme, alors âgé de quinze ans, fut offert le siège à droite du Grand chef par ce dernier.

Le concile, en lui-même, fut habituel. On y discuta des troubles des esprits, qui, étonnamment, restaient plutôt calmes. On n'y parlait aussi politique, les nouveaux chefs de tribus se présentant aux anciens. Quand vint le moment de repartir, Chamayat décida de rester à la capitale, pour passer plus de temps à apprendre les voix des esprits, mais aussi car il voulait apprendre à mieux connaître le Grand chef, avec lequel il avait forgé une amitié. Ce dernier s'appelait Akecheyo et maîtrisait principalement l'élément de la terre. C'est ainsi que Chamayat vécu dans la capitale pendant cinq ans.

Durant cette période, il se mit à écrire un ouvrage. Bien que sa tribu et son peuple en général n'utilisait que très peu l'écriture, ces derniers avaient développé un alphabet très complexe comportant une quarantaine de caractères s'additionnant les uns les autres pour former des mots, ainsi qu'un alphabet d'une centaine d'idéogrammes. De plus, chaque tribu avait des variantes différentes d'alphabet. Bien qu'il n'était pas Grand Chef de la tribu, il se mit à conseiller son ami afin de le pousser à réformer cet alphabet bien trop complexe pour permettre à tous les enfants du peuple de l'apprendre, mais aussi pour permettre à chaque tribu de communiquer par écrit entre elles et de s'échanger leurs écrits et autres travaux d'importance capitale. Cela aurait pour effet de permettre à bien plus d'enfants de devenir des guides spirituels talentueux, car la compréhension des esprits venait aussi par la compréhension des écrits anciens. Cela permettrait aussi à l'ouvrage qu'était en train d'écrire Chamayat d'être lu par beaucoup plus de personnes. Bien que cela pouvait paraître orgueilleux pour beaucoup, Chamayat ne le voyait pas de cette manière. Il voulait unifier son peuple afin de le rendre plus fort face aux dangers qui le menaçaient. Son ouvrage, lui,  servirait de guide pour tous les utilisateurs des pouvoirs éthérés. Il démontrait qu'un simple contrôle était impossible, mais qu'une symbiose était le seul moyen de pouvoir obtenir la puissance de ses esprits. Une discipline autant mentale que physique devait être imposée aux mystiques souhaitant se frotter à la malice de certains esprits élémentaires. Trop de shamans confiants avaient perdu leur corps, ou leur âme en cédant face à l'impitoyable ruse des esprits.

Quand il n'écrivait pas, il parcourait le monde éthéré aux côtés d'Akecheyo, devisant avec lui, renforçant leurs liens d'amitié tout en apprenant toujours plus des esprits et de leur monde étrange, auquel les lois de la physique ne s'appliquaient pas de la même façon que dans le monde réel. Il partait aussi exceptionnellement en expédition, à la recherche de nouveau lieu spirituel, en faisant des pèlerinages, même si ce terme reste inexact en l'absence de religion au sein de son peuple. C'est au cours de l'une de ses expéditions qu'il retrouva un artefact d'une valeur inestimable. C'était un masque en or, avec une larme de saphir pur sous l'œil droit. Cependant, pour récupérer cet objet, Chamayat eut à affronter une cinquantaine d'esprits qui refusaient de coopérer, de se laisser dominer, et qui cherchait à tuer le jeune prodige. Le combat fut exceptionnellement dur. La puissance brute de Chamayat permettait de les tenir à distance, et de les détruire peu à peu. Cependant, il faiblissait rapidement. La discipline qu'il s'était imposée lui permit de garder son endurance bien plus longtemps qu'il n'aurait été possible sans. Au bout de trois jours de dur combat, où il lui fut impossible de relâcher sa garde, les esprits furent vaincus. C'est alors qu'il décida de porter le masque. Il se rendit compte que celui-ci permettait d'augmenter les pouvoirs psychiques de son utilisateur et que la perception de son environnement était augmentée, comme si les méandres du monde éthéré s'ouvraient face à lui.

Cinq ans plus tard, le concile devait se réunir de nouveau, cette fois pour des conditions exceptionnelles et bien plus graves. Le peuple dominant l'autre continent leur avaient déclaré la guerre. Plus avancé technologiquement, ces derniers n'avaient jamais réussi une invasion, car ils avaient été repoussés par la puissance des esprits. Cependant, ils étaient menés par un dirigeant bien plus puissant que d'habitude, un empereur mystique qui lui aussi utilisait le pouvoir des éléments. Tous étaient abasourdis par cette nouvelle. Cela n'était jamais arrivé, malgré les centaines d'années de conflit entre leurs deux peuples.

Malheureusement, pendant ce concile, un assassin s'était glissé dans la foule. Chamayat ne l'avait pas senti, et personne d'autre d'ailleurs. C'est alors que le premier shaman tomba, agonisant. C'était le père adoptif de Chamayat. D'autres cris se firent entendre. Une dizaine de mystiques était déjà mort, ou mourants. Un simple guerrier adverse se tenait au milieu de la cour, au sommet du totem de la tribu. Il fut ravagé par une salve d'éclairs sortants de la main du futur primarque, ses yeux crépitants de rage. Des cris de guerre s'élevèrent dans les cieux, des cris de guerre étrangers. C'était l'armée ennemie qui venait d'assiéger la capitale. Seuls des pouvoirs mystiques auraient permis à une telle armée de se déplacer aussi rapidement. L'empereur était donc là. Les murs ne tinrent pas longtemps, la horde ennemie s'engouffra donc dans les rues, massacrant la population. Des poches de résistance s'étaient élevées à temps pour permettre à la plupart des habitants de se réfugier près du totem. Des barricades avaient été érigées en hâte à l'aide des pouvoirs psychiques. Les guerriers adverses n'arrivaient pas à progresser face à la puissance de l'esprit et des éléments. 

Chamayat ne pouvait combattre, c'était un ordre d'Akecheyo, du moins, pas encore. Son père et les autres mystiques qui avaient péri demandaient son attention. Il leurs fallait un catalyseur surpuissant afin d'atteindre sûrement le monde des esprits. Le cœur rempli de chagrin et de haine, il réussit à supprimer ses sentiments et projeta son âme dans le monde des esprits afin de servir de phare et de catalyseur aux morts. Étonnamment, les esprits ne voulaient pas se détacher de sa présence, ils se rapprochaient même de plus en plus. C'est alors qu'il entendit les dernières paroles de son père qui venait effleurer son esprit :

" Deviens comme ton vrai père, rejoins-le. "

Soudain, tous les esprits des différents shamans qui avait été assassiné fusionnèrent avec celui de Chamayat, ne formant qu'une seule âme. Leurs forces éthérées se joignirent à la sienne, déjà très puissante. 

Une fois revenu dans son propre corps, il se saisit de son arme, une magnifique hache à deux mains, à la lame gravée de runes spirituelles représentant la symbiose des quatre éléments. C'était un cadeau d'Akecheyo, après l'une de leurs nombreuses aventures dans le monde des esprits. Il se releva et chargea tête la première au combat. Toute paix, toute mesure de contrôle qu'on lui avait enseigné durant son enfance avait disparues. Il n'y avait plus que la haine, plus que de la rage immense et une envie de vengeance envers ceux qui avaient tué son père et  tant de meneurs spirituels de son peuple. Son arrivée dans les combats renversa totalement la situation. Une barricade se transforma en un tas de cadavres fumants, crépitants encore d'énergie statique. Les différents champions adverses tombaient sous les coups répétés de sa hache, tandis que les hordes de combattants ennemis fuyaient devant les vagues de flammes et d'énergie crépitante venant les consommer. Le grand fleuve qui alimentait en eau la capitale se mit à monter, débordant de son lit. Les flots normalement calmes venaient former des rouleaux de plus en plus hauts et larges. Les vagues commencèrent à emporter et à noyer les troupes ennemies. Autre part sur le champ de bataille, le terrain se déformait, des murs de roche s'élevant brusquement en face des troupes adverses, et venant s'écrouler sur elle. Des pics rocheux aiguisés apparaissaient pour empaler de façon aléatoire les ennemis, et s'évaporaient aussi rapidement qu'ils étaient venus à la surface.

Les défenseurs avaient repris toutes les rues de la ville, et avait repoussé les adversaires jusqu'au devant des remparts. Akecheyo et Chamayat se battaient dos à dos, le premier maniant l'élément de la terre ainsi que son marteau à tête d'ours, tandis que le second décimait les rangs ennemis avec ses pouvoirs nouvellement augmentés. La résistance ennemie était faible, cependant, un homme de la même taille que Chamayat se rapprochait. Il n'avait que peu d'armure, sa tête était surmontée d'une magnifique coiffe de plumes, de jade, d'émeraude, de rubis, d'or et d'autres pierres précieuses en tous genres. Il maniait une grande massue d'obsidienne hérissée de piques. Ces articulations étaient protégées par des os de bêtes sauvages, principalement des crânes. Un large pendentif en forme de tête de mort reposait sur le torse de l'individu. Il écarta les bras en signe de défi. Chamayat sentit la puissance de son futur adversaire. Il ne pouvait en être autrement, il n'y avait que lui qui pouvait le combattre. Il s'avança alors, se redressant. Akecheyo l'encouragea d'un regard rassurant, il savait qu'il ne pouvait rien faire d'autre. L'affronter serait du suicide.

Les deux êtres surpuissant se chargèrent mutuellement. Chamayat avait levé sa hache sur le côté, prêt à frapper, tandis que son adversaire se contenta de charger tête la première. Les premiers coups furent terribles, les deux combattants s'échangeaient coups pour coups des attaques si puissantes qu'elle faisait trembler la terre quand leurs armes se rencontraient. L'air était chargé de puissance éthérée, comme si leurs âmes se combattaient en même temps que leur corps. Après avoir déployé une énergie aussi importante lors de la bataille, Chamayat s'épuisait plus rapidement que son adversaire. Il devenait plus lent, plus faible. C'est alors que, dans un dernier effort, il invoqua les quatre esprits élémentaires protecteurs de son peuple. L'ours frappa le sol de ses pattes avant et provoqua un séisme si important que des colonnes de pierre s'élevèrent autour de la capitale, définissant les limites du champ de bataille. Le cheval vint clouer l'adversaire gigantesque au sol en emplissant ses voies respiratoires avec de l'eau, tandis que le scorpion le frappait de sa piqûre ardente et que le condor le mordait de son bec électrique. C'est ainsi que Chamayat obtint le titre d'Avatar, de maître des quatre éléments et d'invocateur des esprits. Cependant, le combat n'était pas terminé. Dans un cri de douleur immense, le géant recracha l'eau qui venait l'étouffer. Il se saisit du cheval et le fracassa contre le sol, le faisant disparaître. Il se saisit de la queue du scorpion et allait la briser quand une lumière dorée apparue, venant éblouir les survivants des combats ainsi que les deux guerriers.

À la place du flash lumineux se tenait un homme à la carrure gigantesque, protégé par une magnifique armure dorée finement ouvragée. Sa main droite était un gantelet surmonté de griffes gigantesques, elles-mêmes dorées. Sa main gauche était placée sur le pommeau de sa magnifique épée. Son plastron était orné d'un aigle, lui aussi doré, dont les serres étaient écartées et dont les ailes étaient déployées. Son visage était digne d'une statue antique, ses traits étaient calmes, mais de leur apparente plénitude s'émanait une sagesse bien plus ancienne qu'il n'était possible de l'imaginer. Il était difficile d'apercevoir plus de détails de son visage, un halo d'une puissance incommensurable s'émanant de ce personnage. Chamayat pouvait voir l'âme de cet homme, ou plutôt les âmes. Bien que l'aura était aveuglante, il était possible de discerner les empreintes de différentes âmes, elles-même agrégées en un seul et même être. Tandis que son adversaire s'était relevé, les esprits qui l'assaillaient ayant disparus face à la puissance du nouvel arrivant, Chamayat s'agenouilla, la tête baissée et son arme sur ses genoux. Il voyait aussi l'ambition de cet homme, son but. Il voulait l'unification de l'humanité à travers l'univers tout entier. Cette notion n'était pas étrangère à Chamayat car il venait lui-même des étoiles, et les avait sondé à de nombreuses reprises. Il savait qu'il n'avait été créé que pour un but précis, il n'y avait donc qu'un seul choix possible. Il prononça alors ces mots :

" Mon père, mon esprit et ma lame sont vôtres. Puisse-je vous servir jusqu'à mon dernier souffle."

Cette phrase sortit instinctivement de sa bouche, comme s'il n'avait plus le contrôle de son corps. Il ne connaissait pas cet homme, ne l'avait jamais rencontré, même dans le monde des esprits. Cependant, l'aura de cet homme, sa puissance, son charisme et des mémoires enfouis au plus profond de son être venaient de le convaincre. C'était bel et bien son père. C'est alors que les derniers mots de son père adoptif lui revinrent un esprit. Il ne reçut qu'une réponse :

" Relevez-vous mes fils."

Ils s'exécutèrent alors. Les deux primarques se regardèrent avec haine. Ils étaient dans un piteux état. Tailladés de toute part, leurs blessures se refermaient déjà. Ils étaient cependant essoufflés, à bout de force. Ils comprirent instantanément que leur lien de fraternité ne serait qu'un ultime rempart pour ne pas se battre. Chacun avait versé beaucoup trop de sang du peuple de son frère pour pouvoir être pardonné. Tous les deux avaient perdu des amis, des parents durant ce combat. Tous les autres guerriers présents sur le champ de bataille s'étaient aussi inclinés, imitant leurs meneurs. Le silence dura plusieurs minutes. Les deux camps s'étaient rassemblés en deux groupes, les armes baissées, mais un sentiment de tension planait toujours dans les airs. Instinctivement, les deux primarques se dirigèrent vers leur groupe respectif. En arrivant devant ses troupes, Chamayat fut accueilli par Akecheyo qui s'inclina devant lui. C'est à ce moment que le fils prodige, l'ultime rempart contre la destruction du peuple Shorokee fut proclamé chef de la tribu, Grand Unificateur et Avatar. Il ne pouvait qu'accepter cet honneur. Il prononça alors ces mots :

"Mes frères, aujourd'hui nous avons survécu, nous avons prévalu. Les esprits sont avec nous, ils nous protègent. C'est aussi aujourd'hui que j'ai perdu un père pour en rencontrer un autre. Joignez-vous à moi, suivez-moi à travers les étoiles afin d'apporter la paix et l'unification à l'ensemble de l'univers. Car, en effet, nous ne sommes pas seuls. J'en suis la preuve vivante, je ne suis pas originaire de ce monde, et pourtant je vis parmi vous, suis vos coutume et parle la même langue que vous. Apportons la paix, l'équilibre et la sérénité à ce monde troublé. Beaucoup d'entre vous resteront ici, afin de maintenir l'équilibre sur ce monde et de préparer les générations futures, mais les meilleurs d'entre vous, s'ils le souhaitent, me suivront. J'ai conscience de l'honneur que vous me faites. J'ai conscience du poids qui repose sur mes épaules. Pensez-vous que je sois à la hauteur ? Me suivrez-vous ?"
Un tonnerre d'exclamations s'envola depuis le groupe de guerriers rassemblés devant lui. Tous étaient agenouillés, en signe de respect.

C'est alors que Chamayat revint se placer aux côtés son père et qu'un rayon lumineux l'emporta à travers le ciel. L'Empereur lui expliqua ses dessins, ses ambitions pour le futur de l'humanité. Connaissant déjà son projet, il lui fut très facile d'accepter sa condition, mais surtout ses responsabilités.

Réforme de la légion et départ

La deuxième légion Astartes dénommée "Feral Spirits" lui fut octroyée. Cette dernière était composée de guerriers venant de tribus guerrières et mystiques. Cependant, leur nombre était très réduit, d'environ quarante mille guerriers uniquement. Ce nombre était insuffisant pour mener une croisade d'une telle envergure. Il demanda donc à son père s'il pouvait compléter leur rang avec des hommes de son propre peuple, et remodeler la légion à son image. Celui-ci accepta, lui déclarant qu'il était devenu maître de sa légion et qu'il pouvait en faire ce qu'il voulait, tant qu'il respectait les règles de son Impérium. Avant de repartir sur son monde natal, on lui offrit une armure magnifiquement ouvragée. Sa hache fut modifiée en lui rajoutant une cellule énergétique. On lui proposa aussi de modifier génétiquement un premier contingent de guerriers afin qu'ils intègrent les rangs de sa légion. Il accepta et choisi de modifier d'abord génétiquement son meilleur ami et conseiller, Akecheyo qui deviendra son premier capitaine. Il décida de renommer la légion en "Primal Avatars" et d'apaiser leurs ardeurs guerrières. Chacun reçu une copie de l'ouvrage qu'il avait écrit, dénommé Codexus Aetericus afin de guider leurs pas vers le chemin qu'il voulait tracer pour eux. C'était une ligne de conduite plutôt large, servant principalement de conseiller spirituel, marquant des limites à ne pas franchir. C'est aussi à ce moment qu'il fut décidé de diviser la légion en quatre cercles de tailles égales, afin de représenter l'équilibre des éléments. Chaque cercle devait coopérer avec les autres, et disposait de trois conseillers auprès de leur maître. Ce conseil des douze "sages" fut appelé la cabale. Ces conseillers aideraient Chamayat selon ses besoins.

Fichier:Un shaman du cercle de l'eau tenant dans sa main une copie du Codexus Aethericus.png

Le primarque rencontra aussi le premier frère à avoir été retrouvé, Horus. Aucun autre n'avait été retrouvé auparavant. L'Empereur avait donc retrouvé trois de ses vingt fils. Avec un nombre aussi réduit de guerriers, Chamayat ne pouvait encore participer à la campagne militaire de son père. Ce dernier lui accorda une période de trente ans durant laquelle il pourrait renforcer ses rangs et organiser librement sa planète. Son frère en ferait de même, la légion que l'on venait de lui donner étant à peu près dans le même état. Cependant, les deux ne devaient surtout pas chercher querelle à l'autre.

Durant cette période de préparation, Chamayat réussit à unifier son peuple, à réformer sa langue ainsi que son alphabet en un seul dialecte unique pour chaque tribu. L'écriture fut rendue obligatoire dans l'apprentissage de tous les enfants. La capitale avait grandie, abritant maintenant plusieurs centaines de milliers de personnes, tout en accueillant de nouvelles infrastructures. Cependant, la majorité de son peuple restait nomade car telle était sa nature. Politiquement, chacune des douze tribus principales de son peuple disposait d'un représentant permanent auprès du conseil du gouvernement central. Ce dernier se réunissait sur une base régulière de quatre rencontres par an. Cependant, tous les deux ans se tenait une séance extraordinaire où l'ensemble des chefs de tribus devait être présent.

D'un point de vue militaire, Chamayat établit la forteresse de sa légion au sommet d'une montagne au centre du Grand Cercle Des Esprits, chaînes de montagnes d'une grande importance spirituelle dans son peuple. C'était ici que la connexion avec les esprits était réputée comme étant la plus grande. C'est dans cette forteresse que furent formés en trente ans les soixante mille autres Astartes. Ce processus était intensif, principalement de par sa taille. Convertir autant d'êtres humains en des machines de guerre aussi génétiquement sophistiquées avait coûté de nombreuses vies. Tous les survivants du combat de la capitale s'étaient portés volontaires pour intégrer la légion. Bien qu'ils ne représentaient qu'environ sept mille hommes, des vétérans expérimentés, seuls trois mille d'entre eux survécurent au processus. Les autres tribus participèrent en envoyant leurs meilleurs guerriers rejoindre les rangs de la légion. Là aussi les chances de survie étaient réduites. C'est ainsi que les seconds fils des chefs de tribus ainsi que les premiers fils de tous les guerriers Shorokee furent choisis pour rejoindre les rangs de la légion. Cette technique fut ancrée dans la tradition de la légion. Cela permettait d'assurer un renouvellement des rangs Astartes tout en préparant au préalable les enfants en les soumettant à des épreuves autant physiques que mentales et psychiques. C'est aussi en trente ans que Chamayat réussit à établir une cohésion dans la légion, en uniformisant les troupes, mêlant Terrans et Shorokee dans les mêmes unités. Le mérite et non la naissance était à la base de la hiérarchie. Cependant, les attitudes psychiques de certains marines les plaçaient au-dessus de leurs congénères qui n'en avaient pas, ce qui les mettait en position de force pour atteindre le rang d'officier. Cependant, il arrivait parfois qu'un guerrier sans aucune aptitude psychique puisse atteindre la fonction d'officier. Enfin, la mise en place du Codexus Aethericus permit de calmer les ardeurs des plus téméraires, d'imposer une discipline rigoureuse au sein des légionnaires, de les tourner vers une sérénité intérieure et de favoriser la solution diplomatique par rapport à l'usage de la force. Chaque shaman était encouragé à étudier un aspect particulier des esprits et des éléments au sein d'un groupe d'étude dénommé "collège". L'apprentissage en groupe était favorisé afin de renforcer la cohésion au sein des rangs de la légion, mais aussi afin d'uniformiser l'apprentissage de certaines disciplines chez les manipulateurs des forces éthérées et de contrôler les ambitions personnelles de chacun. De plus, cela permettait aussi de contrôler les spécialisations de chacun des psykers, leur comportement et leur état mental afin de mieux les assimilés à des unités adaptées à leurs capacités. Chaque collège était spécialisé dans un aspect particulier d'un élément et les membres les plus éminents d'un collège pouvaient aussi être membres de plusieurs autres collèges du même élément. Chaque collège effectuait des rapports mensuels à un conseil collégial qui lui-même faisait un rapport au primarque. Ainsi, l'Avatar contrôlait aussi les disciplines enseignées à ses shamans.

Vint alors le moment de participer à la Grande Croisade. Le sous-secteur aux alentours de la planète avaient déjà été sécurisés trente ans auparavant. Cependant, il restait quelque menaces xénos à traiter. Ce fut donc la première charge de la légion, ce qui lui servirait aussi de baptême du feu sous le commandement de son nouveau primarque. L'élimination de ces menaces fut rapide et facile, c'était principalement des races mineures de xénos qui ne pouvait résister à la puissance brute de l'astartes. Le premier combat fut toutefois âpre. L'espèce extraterrestre semblait résistante aux pouvoirs psychiques, venant même troubler la perception des différents shamans de la légion. Ils possédaient des créatures volantes au plumage mortellement tranchant et multicolore. C'est au sommet d'un pic montagneux, au sein d'une forteresse taillée à même la roche que Chamayat tua le meneur de cette espèce, ainsi que sa monture de combat. Il fit une cape à partir des plumes de la créature, d'une palette de couleurs changeantes selon l'éclairage mais aussi, et bien plus étrangement, selon l'humeur de son porteur. C'est ainsi que Chamayat adopta son style vestimentaire de combat définitif : son armure énergétique massive, surmontée du manteau de plumes de couleur changeantes ainsi que son masque doré à la larme de saphir, recouvert par une capuche noire.

C'est alors que la légion se divisa en quatre flottes expéditionnaires qui parcoururent ensemble les espaces reculés de la galaxie. Les différents mondes peuplés d'humains eurent un premier contact diplomatique amical avec la légion. Des négociations s'opéraient afin de préparer l'incorporation de cette branche perdue de l'humanité au sein de l'Imperium. Beaucoup voyaient la sagesse et la puissance au sein du primarque, et acceptaient donc son offre afin de participer à la reconstruction et à la réunification de l'humanité. Cependant, d'autres voyaient en lui et en sa légion les restants de la corruption humaine, à l'origine de la Longue Nuit, à cause de leurs pouvoirs psychiques. Ceux-là refusait souvent l'offre. Ils se voyaient offrir une seconde chance diplomatique, légèrement plus contraignante mais aussi plus menaçante. Si le refus persistait, la civilisation était détruite, toute trace de sa culture effacée par les flammes. Seuls les écrits étaient conservés dans les immenses archives de la légion, occupant des pans entiers du vaisseau amiral nommé "Spirit of the void".

Ce dernier était un vaisseau de classe gloriana, magnifiquement décoré de bronze, d'argent et d'or, un magnifique œil violet sans paupière au sein de flammes purificatrices étant gravé sur sa coque. Lourdement armé, le vaisseau disposait d'un gigantesque canon nova et de multiples rangées de lances plasma. De nombreuses bibliothèques se situaient le long des coursives.  La grande baie d'observation en forme de dôme avait été convertie en salle de méditation collective, où il était possible de se recueillir, de lire et de méditer en toute tranquillité. La plus grande salle du vaisseau avec plusieurs usages, elle servait principalement pour le conseil collégial, mais aussi pour le conseil des différents cercles. Ainsi avait-elle été nommé "La grande conciliaire". Les autres salles, légèrement plus petite, servaient aux différents collèges. Ce magnifique vaisseau sillonnait le vide intersidéral pour y porter sa légion à la conquête des étoiles.

Controverse et chute

Cependant, la légion restait controversée, malgré ses bonnes intentions. Plus d'une fois avait-elle ignoré les recommandations du Mechanicum de détruire une branche perdue de l'humanité qui avait mutée plus que de raison, ou qui avait mêlée son sang avec celui de xénos. Dans ces cas-là, la légion ignorait complètement ces civilisations dans ses rapports, et les laissaient tranquilles, n'essayant ni de les détruire ni de leur faire incorporer l'Imperium. De plus, les négociations avec les civilisations réticentes prenaient du temps, Chamayat insistant lourdement sur la nécessité de ne pas recourir à la violence. Comparé à ses frères, le nombre de mondes ralliés à l'Imperium par la légion était réduit. Ensuite, certains de ses frères n'approuvaient pas un nombre de ces techniques, comme par exemple l'invocation d'esprits pour le combat. Enfin, le plus grand reproche qui pouvait être amené face à la légion était l'utilisation de technologies xéno, et principalement eldar. En effet, en découvrant un monde inhabité, ainsi que les vestiges d'un vaisseau monde, il fut décidé d'utiliser la technologie des pierres d'âmes afin de conserver l'esprit des vétérans tombés au combat pour qu'ils puissent protéger les vivants et amplifier leur puissance psychique.

C'est ainsi que la légion fut condamnée à être dissoute. Officiellement, Leman Russ fut contraint de capturer son frère par la force et de le ramener enchaîné devant son père, au fin fond du palais impérial sur Terra. De plus, son frère qu'il haïssait tant, Tezcatzoatl, s'était rebellé contre l'Imperium. Chamayat et sa légion s'étaient en réalité rendus sans combattre, étant conscient de leur destin. L'Empereur voulait sanctionner la légion pour toutes ses transgressions aux lois de l'humanité. Cependant, il aimait son fils et avait toujours besoin de lui. Il lui donna une chance d'absoudre ses fautes. Ainsi, sa légion devait chasser celle de son frère, les "Ravenous jaguars", et ramener le primarque renégat devant son créateur. Cependant, le deuxième primarque fut informé que sa légion serait dissoute qu'importe le résultat de la bataille qui s'en suivrait. C'est avec le cœur lourd que la légion quitta Terra et se dirigea vers la planète Velikos VI, accompagnée d'un détachement de la légion des "Space wolves" ainsi que de leur primarque.

C'est avec stupéfaction qu'ils découvrirent alors que le monde en question avait été converti en un immense temple à la gloire de quatre dieux sombres. Des sacrifices sanglants et obscènes y étaient perpétrés jours et nuits. L'assaut fut donné de façon quasi immédiate. Les combats furent féroces. Les renégats étaient aidés de créatures étranges dont la résistance était remarquable et dont certains possédaient des habilités psychiques. Le ciel de la planète n'avait pas sa couleur habituelle, son atmosphère était encombrée de fumées opaques s'élevant constamment du haut des pyramides et des ziggurats formant une gigantesque étoile à huit branches. Les constructions étaient gigantesques, faites de pierre noire, avec des amalgames de sang séché et de cadavres le long de leurs marches. Les "Ravenous Jaguars" n'étaient plus eux-mêmes. Ils avaient perdu tout sens des tactiques et chargeaient tête baissée dans la mêlée. Ils n'en étaient pas moins redoutables. Certains d'entre eux étaient pris d'une fureur guerrière impressionnante. D'autres manifestaient des pouvoirs psychiques terrifiants et inconnus. Certains semblaient se relever alors qu'ils étaient morts tandis que d'autres se battaient de manière vicieuse et sadique, tirant du plaisir de la souffrance des autres. Le manque de discipline de cette force fut sa perte. Et au sommet de la pyramide centrale se déroula l'ultime combat entre deux frères, deux ennemis jurés.

En effet, Chamayat avait atteint le plus grand des monuments de la planète avant Leman Russ et avait engagé immédiatement le combat. Son frère avait considérablement changé. Plus grand, son corps était recouvert de tatouages obscènes et peints de noir et de blanc. De gigantesques crocs avaient pris la place de ses canines, et des griffes la place de ses ongles. Bien que l'immense puissance psychique du loyaliste permettait d'équilibrer le combat, il ne faisait pas le poids face à la force physique de son frère renégat. C'est dans un ultime effort, déployant une nouvelle fois la force des quatre esprits protecteurs de sa légion que Chamayat pu déstabiliser son frère et le décapita.

Une fois la bataille terminée, Chamayat remit la tête du traître à son deuxième frère qui avait sécurisé un flan entier avec sa force de frappe, et partit en exil. Des quarante mille survivants de sa légion, il ne fut autorisé à garder qu'un millier de ses fils en tant que garde personnelle. Le reste fut intégré à la légion des "Ultrmarines". C'est ainsi que le primarque retourna sur sa planète natale de Kastigeris où il commença à régner en tant que Grand chef. Il s'efforça de détruire la culture du peuple de l'autre continent et de purger l'existence de sa religion. Une fois cela fait, il s'enferma dans la forteresse monastère de sa légion maintenant oubliée et effacée de toutes données impériales, où il décida de s'enfermer dans un sarcophage de stase, après avoir confié la gouvernance de son monde à son premier capitaine et ami, Akecheyo. Il est dit que Chamayat, l'Avatar, se réveillera à l'aube de la destruction de l'humanité pour voler à son secours.

Aujourd'hui, les "Primal Avatars" forment un chapitre excommunié de l'imperium mais toujours fidèle à son allégeance. Ils ont maintenu la même organisation que dans le temps de la légion et continuent d'utiliser les pierres d'âmes afin de conserver les esprits des défunts.

Organisation

"Eau, feu, terre et air sont les prérequis de la vie. Ils le sont aussi pour la mort. En leur présence nous sommes rendus humbles et nous devons respecter leur règne." — Introduction du Codexus Aetericus.

La légion est divisée en quatre grands cercles, chacun représentant un élément primordial. Chaque cercle dispose d'un avatar, d'une effigie représentant son élément. Le cercle du feu a pour effigie le scorpion tandis que le cercle de la terre a pour avatar un ours. Le cercle de l'eau est représenté par le cheval tandis que le cercle de l'air a pour totem un condor.

Fichier:Air Shaman captain.png

Chaque cercle dispose de différents collèges spécialisés dans des aspects particuliers de chaque élément. Réservés aux psykers, ces collèges regroupent l'ensemble des shamans de la légion. Ils étudient ensemble les mystères de l'Empyrean propres à leur élément. Les plus doués des shamans sont membres de plusieurs collèges simultanément. Les différents shamans ralliés à un cercle vivent et représentent bel et bien leur élément. En effet, ceux du feu sont vus comme les plus colériques, téméraires et puissants tandis que ceux de la terre sont réfléchis, sévère mais juste et bornés. Les shamans de l'eau sont considérés comme les plus sages et diplomates alors que ceux de l'air sont plus pragmatiques, insaisissables et espiègles.

Chaque compagnie est spécialisée dans un élément, et appartient à un cercle. Chaque cercle dispose donc de 250 compagnies de 100 Astartes. Chaque compagnie est dirigée par un capitaine qui dispose de pouvoirs psychiques, tout comme chaque officier. Les psykers sont tous spécialisés dans les éléments de leur compagnie. Ces dernières sont elles-mêmes spécialisées dans des tactiques différentes. Le cercle de la terre privilégie les techniques défensives ainsi que les avancées lentes et implacables. Le cercle du feu utilise des tactiques d'avancées standard, sous un déluge de projectiles et de feu. Les compagnies de l'air sont spécialisées dans les

Fichier:Earth Breacher.png

approches rapides, le harcèlement et les embuscades. Le cercle de l'eau maintient un équilibre entre toutes ces tactiques.

Il n'y a pas de chapelain dans la légion, cette dernière n'ayant pas pu assister à la création de cette fonction. Il n'y a pas non plus d'archiviste, toutefois, il existe une fonction quasiment similaire dénommée shaman.

Chaque cercle dispose d'une organisation particulière, favorisant l'utilisation de certaines escouades par rapport à d'autres. Ainsi, le cercle de l'air ne dispose pas d'unité lourde comme les devastator ainsi que d'armure terminators, mais en contrepartie emploies un très grand nombre d'escouades d'assaut ainsi que de véhicules rapides et volants. Au contraire, le cercle de la terre ne dispose pas d'escouades assaut mais préfère tenir la ligne grâce à un plus grand nombre d'escouades devastator et d'unité lourdes. Le cercle du feu dispose du plus grand nombre de véhicules d'artillerie de tous les autres cercles, et emplois majoritairement des escouades manipulant des lance-flammes, fuseurs et autres armes de tir énergétique. Seuls les cercles du feu et de la terre emploient des escouades breachers, car ce sont celles qui sont le plus soumise aux engagements dans les zones mortalis. Seul le cercle de l'eau maintient une organisation équilibrée et versatile, servant de lien et de ciment entre le

Fichier:Eau Sergeant.png

s autres cercles.

Chamayat a fait en sorte de répartir de façon équitable les différents cercles entre chaques flottes expéditionnaires recevant l'appui de sa légion. Chacune avait donc un nombre égal de compagnies du cercle du feu, de la terre, de l'eau et de l'air. La coordination et l'entraide ont toujours fait parti du fonctionnement de la légion, et furent renforcés par la répartition de la légion au sein des flottes de la Grande Croisade.

C'est ainsi qu'une tactique couramment utilisée au sein de la légion a vu le jour. Les compagnies du cercle de la terre tenaient le point central de la ligne et essuyaient le feu adverse en le retournant à coups de bolters lourds. L'artillerie et les véhicules du cercle du feu pilonnaient les positions adverses tandis que leur infanterie renforçait les flancs tenus par les compagnies du cercle de l'eau. Enfin, le cercle de l'air contournait l'ennemi avec ces tactiques d'insertion rapide d'escouades d'assaut et de motos. Cette stratégie était redoutable dans une guerre conventionnelle. Cependant, des ennemis plus volatiles ne se laissaient pas prendre au piège.

Fichier:Feu Destructor.png

Malgré sa nature diplomatique et apparemment clémente, Chamayat a autorisé l'utilisation d'escouades destructors au sein de sa légion. Prenant exemple sur la IXe légion de Sanguinius, une telle force dévastatrice se doit d'être uniquement soumise à ses ordres, n'en répondre qu'à lui, et n'être utilisée qu'en ultime recours. Seulement deux cercles, l'air et le feu, disposent de telles forces. Les destructors du cercle de l'air sont dénommés "Chezekamapaye" se traduisant en "Colère des cieux" en Shorokee. Ces derniers employaient des tactiques de frappes éclairs à l'aide de pack dorsaux et de motos. Ceux du cercle de feu étaient appelés "Chezekamakoce" ou bien "Colère de la terre en feu" avait une approche plus terrestre et plus implacable que leurs homologues du cercle de l'air. Dans les deux cas, ces escouades étaient rares. Elles étaient formées par des astartes au tempérament éruptif dont leur témérité n'avait d'égal que leur discipline. En effet, il fallait passer par un entraînement rigoureux avant de pouvoir manier ses armes. Au contraire des autres légions, appartenir à une telle escouade était vu comme un honneur pour le marine. Bien que peu employés sur le terrain, ces guerriers éradiquaient les pires ennemis de l'Imperium dont la rédemption ne pouvait exister,  ce qui était considéré  comme une tâche certes ingrate mais juste. Les autres légionnaires regardent cette force particulière avec déférence et aussi une légère peur. Bien que cela fut un honneur pour un légionnaire d'atteindre ce poste, leur destin en était quasiment scellé et leur avenir funeste n'était inconnu de personne.

La garde d'élite du primarque était composée d'un nombre égal de guerriers de chaque cercle qui l'encadraient à tout moment. D'un nombre de douze constamment à ses côtés, ces "Sekatewoci" ou "Griffes des esprits" étaient tous revêtus d'armures Terminators de modèles Cataphractii et se battant avec des lances  énergétiques, ou autres arme d'hast énergétiques. Tous étaient équipés d'une grande hache énergétique à deux mains appelées "Tomohawkee". Chacun des gardes portait un masque similaire à celui de Chamayat, avec une larme en émeraude au lieu du saphir sur le masque originel. Triés sur le volet, chaque légionnaire sélectionné abandonne son nom d'origine pour en obtenir un nouveau à portée ritualistique. 

Faits notables et campagnes

  • La purge de Xanathorya : Réel baptême du feu de la légion, celle-ci fut mis à rude épreuve lors de cet engagement contre une espèce xénos étrange dénommée "Kelop". Ces êtres bipèdes, au visage chevalin, perturbaient les capacités psychiques des shamans de la légion. Bien que leur niveau technologique était primitif, les légionnaires apprirent à leurs dépens qu'il ne fallait pas sous-estimer les terribles griffes de ces créatures, ainsi que les serres et les becs de leurs créatures volantes domestiques. Les combats furent longs et âpres, se prolongeant sur deux années. Malgré leur niveau technologique relativement faible, les Kelops maîtriser l'art de l'architecture à la perfection teintée de leur prisme xéno. Leurs habitations troglodytiques étaient richement décorées et leurs forteresses, et différents bastions étaient puissamment fortifiés, démontrant une certaine maîtrise de la poliorcétique. Le plus grand et dernier bastion de la planète était dénommé le "Krak du col rouge", selon une traduction approximative des magos biologis accompagnant la légion, tenait son nom des deux volcans au sein desquelles la forteresse a été taillée. Des résidus de technologies largement plus avancées que celles des Kelops étaient présents, expliquant peut-être la réalisation apparemment impossible d'une telle forteresse. Une soixantaine de compagnies fut déployée pour ce dernier assaut. La bataille ne fut terminée que lorsque Chamayat tua d'un coup de sa hache le souverain des xénos et tuas de ses propres mains sa monture.
  • L'annexion d'Hubris :
  • La soumission de Themeskyrion :

Personnages notoires

  • Chamayat :
  • Akecheyo :
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .