FANDOM


Community-header-background Cet article, Praya, a été écrit par Necrum-Ier. Veuillez ne pas éditer ou utiliser cette fiction sans la permission de l'auteur.


Techno-Prêtre Cet article, Praya, est actuellement en construction. L'auteur s'excuse pour le dérangement.




Géographie

Praya, situé dans le secteur Oblaris de l’Ultima Segmentum, est un monde d’à peine un milliard d’habitant. Il n’est pas soumis à une forte dime impériale, et est en réalité assez oublié par l’Impérium. Cependant, l’Ecclesiarchie y a gardé une emprise forte grâce à des Officia Missionaria et des temples en l’honneur de l’Empereur. La planète fait partie d’une longue liste de monde que l’Ecclesiarchie veut garder loin des yeux des autres Hauts Seigneurs de Terra. Cela lui permet de pouvoir y faire ce que bon lui semble de ces dits mondes.

Le climat de Praya est sec, il n’y a pas de saison à proprement parler. Seulement des changements climatiques intempestifs. Il y fait jusqu’à 41°C la journée, et 20°C en moyenne la nuit. Les journées sont longues de trente-et-une heures

Terra et elle orbite autour de son étoile en seulement cent vingt-et-un jours Terra.
D7531a1c21156142514f026aa4cf06a9

Ghürancé des plaines de Praya

La planète possède un seul océan, enclavé dans le seul continent, l’océan Dominis Majesto

ainsi que plusieurs mers comme la mer Adelia ou la mer du Sanctorum. Ces rares points d’eau sont très salés, aucune vie ou presque ne peut s’y développer. Mais après traitement, ils alimentent en eau potable bon nombres des cités de Praya.

Malgré l’aridité manifeste du monde, la faune et la flore s’y sont développés. On peut notamment trouver des ghürancés, des arbres tortueux pouvant résister aux fortes températures grâce à système de sève compacte et de profondes racines allant chercher l’eau dans le sol. Le reste de la planète est rocailleuse et

montagneuse, de nombreux pics s’élèvent du sol, créant de large zone d’ombre dont certains animaux raffolent.
F74d16d2954c520d6524a2f83b3d2f49

Deux des nombreux pics rocailleux de Praya

Jokami est la capitale planétaire où se trouve le palais du Cardinal Vekor, le Cathédrum Sainte-Annaïs. La cité, comme la plupart des cités de Praya est étendue contrairement aux cités ruches que l’on trouve à travers l’Imperium. La population vit dans des habitations en technocéramique enrichie, parfois creusées dans le flanc des pics rocheux.
6ec1790e4d895117b5c8797b8c8a753a

Jokami la capitale planétaire

Beaucoup de ces habitants sont des paysans cultivant des céréales mais surtout le Komedah, une plante aux larges feuilles qui une fois séchées peuvent être consommées en

infusion ou bien fumées. Cette dernière méthode est tolérée par l’Ecclésia, mais pas encouragé. En effet, les fumées de komedah provoquent des effets psychotropes léger. Cependant, en infusion le komedah a un effet apaisant. Ceci permet aux prayans d’accepter plus facilement leur dure existence. Les prayans sont aussi de très bons artisans, exerçant la joaillerie, le travail des métaux, la taille de la pierre, la production de laine et la sculpture d’ivoire entre autres.

Culture

2d36e9700b8746c8507e23d6a8e852b0

Représentation d'un loju

La société prayane est tournée vers l’élevage du loju, un animal laineux vivant dans les vastes savanes entourant les villes. Ces animaux imposants mais

pacifiques se regroupent en troupeaux, cherchant des points d’eau et des massifs de tridis, des plantes grasses épineuses dont ils raffolent. Les lojus, malgré leur épais manteau de laine, peuvent très bien réguler leur température grâce à de petits canaux dans leur sabot qui permet une transpiration efficace. De plus ce sont des animaux ayant naturellement un métabolisme lent et un sang froid, ce qui leur permet d’emmagasiner la chaleur environnante pour augmenter leur température interne. Les paysans prayans suivent les troupeaux de pâturages en pâturages, s’occupant de la tonte tous les mois. Ils stockent la laine en attendant que des serviteurs acheminent la matière brute jusqu’aux ateliers de tissage, où des artisans talentueux tissent des milliers de tonnes de tissus et de vêtements pour les habitants de Praya, mais aussi pour les mondes du secteur.

Les sœurs de l’ordre Artificis sont elles aussi des artisanes talentueuses. Elles tissent jours après jours les robes de leurs consœurs et de la noblesse

ecclésiale de Praya. Ces sœurs sont aussi réputées pour leur tapisserie retraçant les actes héroïques et les croisades que mène l’Ordre. Notamment le nom de la sœur supérieure Maëva et ses sœurs sont inscrits sur les murs du cathédrum pour avoir tissé la Tapisserie de l’Avènement, narrant la sanctification de Valkyria et son avènement au rang de Sainte Vivante.
Fichier:E259fd70603698f565c6311a3d3b271b.jpg
Une autre ressource de renom est exploitée sur Praya : l’ivoire de marami. Ce prédateur pullule sur la planète, chassant les troupeaux de lojus armé de ses puissantes griffes. Un marami peut mesurer jusqu’à trois mètres de long et peser jusqu’à deux cent-cinquante kilogrammes, et est recouvert d’une peau ocre

zébré de noir, rappelant le sol de la planète. Il est solitaire, et chasse la nuit pendant que les lojus dorment ; les éleveurs doivent sans cesse protéger leurs troupeaux de ce fléau. Ils sont donc souvent accompagnés de trappeurs s’assurant de la sécurité des bêtes. Ces chasseurs expérimentés partent fréquemment en quête des maramis, afin de récolter l’ivoire de ces animaux. Les maramis sont ornés d’excroissances osseuses tranchantes et pointues de part et d’autre de ses vertèbres, lui permettant d’éventrer les lojus en se faufilant sous leur poitrail. Lorsqu’un trappeur abat un marami il taille les griffes ainsi que les excroissances de son dos. Il peut ainsi revendre ce précieux matériau brut aux bijoutiers et tailleurs d’ivoire.

Cet ivoire n’est utilisé qu’à des fins ornementales, beaucoup d’idoles du Culte Impérial sont sculptés dans ce matériau. Le grand orgue de la Cathédrale Saint Anaïs est constitué, à l’exception de ses fûts, d’ivoire de marami. On retrouve aussi les lys et les marquages d’Ordre des sœurs de bataille façonnés dans ce même ivoire, ainsi que certains de leurs reliquaires. Souvent ces symboles sont façonnés dans des métaux précieux comme de l’or ou du platine, mais l’ivoire de Praya est bien plus rare et est donc substitué afin d’ostensiblement montrer la puissance et la richesse de l’Ecclesiarchie.  

Les Rocs de Praya

Fichier:Roc of Praya.png
La planète n’étant pas soumise à un grade de dîme élevé, elle n’est pas dans l’obligation de fournir des troupes pour l’Astra Militarum. Cependant la

défense du monde est assurée par un régiment de FDP nommé les Rocs. Ce sont uniquement des volontaires, suivant une formation simple mais toutefois efficace pour défendre la planète contre une éventuelle invasion. Néanmoins, Praya n’a jamais subie d’attaques extérieures durant sa longue histoire, ce qui pousse les habitants à croire que la planète est protégée par la divine providence de l’Empereur.

Les Rocs suivent, comme beaucoup de FDP dans la galaxie, le modèle cadian en étant équipé d’une armure flak standard, d’un fusil laser M56 et du paquetage habituel. Leur uniforme est au couleur du monde, dans un ton brun clair, voire orange, de quoi se fondre dans les paysages arides de Praya.

Le régiment est composé de plusieurs dizaines de millier de gardes réparti dans plusieurs bases autour du monde et dispose de quelques dizaines de compagnies blindés et d’artillerie. Plusieurs places fortes équipées de macro-canons et de canons laser Icarus protège Praya d’un assaut venant du ciel.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .