FANDOM


Community-header-background Cet article, Oaarh, a été écrit par Clovis Kalish. Veuillez ne pas éditer ou utiliser cette fiction sans la permission de l'auteur.


Techno-Prêtre Cet article, Oaarh, est actuellement en construction. L'auteur s'excuse pour le dérangement.
""Laisses toi aller, tout ira bien. Nous nous ferons un plaisir de te montrer l’amour du grand dévoreur. Laisses toi aller à des satisfactions si exotiques que tu ne pourras plus vivre sans nous, le OAARH.""
—Interprétation d'une conversation entre le patriarche OARRH et un humain infecté

Origine et histoire

Lors de la destruction de la flotte ruche Léviathan, ses vrilles se sont dispersées à travers l’espace. Une en particulier se retrouva isolée dans le vide, loin de tout mondes et terriblement affamée. Vient alors la cicatrix maledictum déchirant le voile de la réalité, engloutissant une grande partie de la galaxie et de la même manière avala la vrille égarée.

Durant plus d'un millénaire elle dériva, les vaisseaux et même les couveuses furent touchées par une étrange altération, il s’avéra que la vrille avait pénétrée la frontière du domaine de Slaanesh. La couleur des tyranides changea, devenant diaphane, l'air dans les vaisseaux organiques devint plus chargé empli d'une sorte de substance bio-aérosol sucrée et enivrante.

Lorsque la vrille resurgit du warp, elle était marquée par une mutation physique et avait été coupée un certain temps de l'esprit de la ruche. Sa taille avait fortement été réduite puis la faim des organismes jeta son dévolu sur le monde le plus proche, un monde plaisir du nom de Oaséphia. Des genestealers furent envoyées à sa surface afin d’infiltrer les quartiers des plaisirs du mondes dans les niveaux inférieurs. Une sorte de nouveaux culte du plaisir naquit, un besoin d'exotisme insatiable qui fit une concurrence certaine aux divers cultes de Slaanesh à travers toute la planète. Nombreux furent ceux qui tentèrent de détruire le culte mais ils finirent tous par sombrer, par être happé par la luxures qu’offrait le plus grand des patriarches, le patriarche OAARH.

Finalement le monde était tombé sans vraiment opposer de résistance, l'heure de la grande moisson devenait de plus en plus proche mais jamais elle n'arriva, les restes de la vrille furent éradiqués par les agitations de la guerre suite à la cicatrix. Le culte restait isolé avec un monde sous son seul contrôle, alors débuta une période de démence où les organismes tyranides retournèrent à l’état de bête car coupés de l'esprit de la ruche, le culte dû se résoudre à achever et à conserver les genestealers. Une missive fut envoyée vérifier les restes des vaisseaux bio organiques et de ceux-ci il fut ramené un prince tyranides partiellement conservé. Le patriarche ordonna la création d'un système permettant de créer un simili esprit de la ruche avec les restes des tyranides conservés. Aussi inespéré qu’inattendu le plan fonctionna et le patriarche pouvait rentrer en contact avec le grand dévoreur.

Plusieurs jours durant le patriarche resta seul dans la pièce avec l’étrange dispositif amalgamé de chair et d'organes. Lorsqu’il en sortit, il avait grandit d'au moins la moitié de sa taille originelle, son corps était devenu celui d'un homme mais son visage celui d'un genestealer au sourire carnassier et aux yeux roses. Il émanait de lui un charisme impossible à dompter, une présence qui serrait l'esprit de tous ceux qui le voyaient. Il rebâtit son empire à l'aide de nombreux serviteurs plus que dévoués devant un dieu aussi vivant qu'enivrant.

L'avenir du culte est incertain au 42ème millénaire, reste que certains rapports font état de monde tombés aux mains de mystérieuses organisations dans l'obsurus.

Méthode de subsistance

Le culte se base sur le transfert, l’échange de matériel génétique humain à un organisme tyranides unique appelé les nymphes, spécialiste de la récolte de matériel génétique sans meurtre, la méthode la plus simple pour obtenir une telle chose est simple, utiliser les lieux de plaisir en y plaçant les nymphes. Une fois la matière acquise elle la rapportera dans les bas fonds pour la mettre dans des nids artificiels et ainsi incubera de futur hybrides cependant ces derniers ont un stade de genèse plus avancé que n'importe que autre en effet seul le manque de poli, une peau légèrement diaphane ainsi que l’absence d’empreintes les caractérise.

Les modifications apportées par le génome tyranide rendent ces êtres stériles et souvent ils se retrouvent avec des mutations physiques, ceci explique le nombre certain de grotesque au sein du culte. Aussi des mutations psychologiques peuvent survenir expliquant la grande variété de comportement souvent extrême et parfois très indépendant.

Personnages

Le culte n'est pas qu'un culte genestealer basique, il est seul et livrer à lui-même de fait des personnalités particulières ont émergés de la masse des cultistes.

Le patriarche Oaarh 

Partriarche 1
Ce genestealer fut le premier arrivé. Il bénéficia d'un charisme croissant et alors arriva la chute de la flotte ruche, affamée et affaibli. Lorsque l'esprit de la ruche se tue, les organismes sur Oaséphia devinrent tourmentés et sauvages. Seuls quelques genestealers particulièrement résistants purent concevoir un dernier plan avant de sombrer. Ils transmirent une partie de leur psyché dans le corps du patriarche via un procédé ésotérique, en connectant leurs cerveau et leur chair formant une sorte d'autel couronné de bras griffus et bordé de têtes en plus de vingt directions. Ce dernier fut transformé par une énergie psychique plus ésotérique encore, elle l'entoura et forma un cocon psychique diaphane au sein duquel s'écoula l'énergie des autres genestealers. Ses yeux prirent une coloration rosâtre, son corps devint plus massif et sa psyché croissante le rendit infiniment plus puissant devenant un être balise, connectant partiellement ses frères et les hybrides à l'esprit de la ruche, il devient le patriarche Oaarh. Son nom lui vient de la seule onomatopée qu'il peut prononcer soit "Oaarh", ses suivants arrivent à saisir ses paroles et ses ordres en fonction des nuances de fréquences et de tonalité de sa voix. Au sein du culte il est vénéré par tous sauf peut être par les membres les plus influents, du fait de leur indépendance particulière et de leurs intellects supérieurs, ils sont plus des amis que de vrais servants.

Kahra 

Ce magus est le subordonné du patriarche, ses compétences dans la propagation du culte par sa foi indéfectible fait de lui le membre le plus loquace. Il n'est pas cependant sans une verve particulière, capable d'un véritable flot d’insultes envers tous ceux qui oseraient porter atteinte au culte. Habillé d'une grande robe à collerette bordé de symboles ésotériques, il porte l'ouvrage des lois du patriarche à sa hanche, attaché par des chaînes et est marqué sur sa couverture de l'emblème du Oaarh. Son visage glabre et entouré de tentacules semblables à une barbe, garde des traits tirés et suspicieux même lors de ses rares moments d'éclats de joie et son rire paradoxalement est extrêmement contagieux, bien que ce dernier point pourrait être dû à son influence psychique sur les masses ou tout simplement dû à la terreur qu'il inspire au sein des rangs du culte. Il manie un sceptre pouvant servir d’amplificateur vocal qui peut autant servir à transmettre son message aux masses d'adorateurs que d'arme contondante violente, enfonçant sans difficulté des matières comme l'adamantium.

Kohrky

Faisant parti du cercle de décision du culte il est celui que l'ont envoie régler des problèmes internes entre les adorateurs. Généralement si deux plaignants ne se mettent pas en accords, ils finiront massacrés de la pire des manières et leur biomasse sera récoltée afin de produire de nouveaux hybrides moins déplaisants. Possédant un caractère bien trempé il dénote du reste des membres du culte par une pilosité accrue, ceci  étant dû à un problème de son incubateur. Armé de deux marteaux énergétiques nommés "bannissement" et "fureur" ainsi que d'une armure spécialement conçue par la division scientifique du Oaarh, afin de produire des injections de testostérone et d'autres drogues de combat destinées à nullifier les restent de ses émotions afin que sa mission soit pleinement remplie.

Hymir 

Le saint patron du vaste réseau de récolte du culte, il gère tout l’établissement y étant consacrés et se charge de concevoir et de former les Nymphes. Nées de son génome et dérivées, elles ont été perfectionnées générations après générations afin de correspondre aux demandes énigmatiques du patriarche. Il est présent depuis les débuts du culte et à subit la même transformation que le patriarche, étant un ancien membre du biologis venu s'assurer que la consanguinité n'affligeait pas Oaséphia, il est celui qui à conçu le système de clonage. Surnommé « le fertile » à juste titre, il est d'un tempérament malicieux, aussi décadent que sa fonction l’oblige. Sa nature humaine n'est plus perceptible depuis son ascension, sa masse à augmentée, ses jambes se sont fondus

Rhegn 

Surnommé « le dormeur » est un magus se tenant en permanence affalé sur un grand lit. Malgré un manque d'action relatif à sa torpeur, il est capable de coups rapides et extrêmement bénéfiques pour le culte, tant au niveau commercial que pour la dissimulation de ce dernier. Il est l'un des rares décisionnaires vouloir étendre l’influence du culte à d'autres mondes ceci lui valant autant d’ennemis que de partisans. D'une nature amical, apaisé il est un élément indispensable au culte servant parfois de conseiller auprès de tout les membres du Oaarh.

Drahaël 

Drahaël
Unique membre originellement xeno du culte, cet eldar avait quitté son vaisseau monde afin de suivre sa propre voie en tant que chasseur de prime. Voulant éprouver la violence au sein de l'Imperium, il s’arrêta un temps sur Oaséphia et discrètement il avait accomplit quelque mission d'extorsion au passage alors que le culte venait de prendre racine. Il ne fallut pas longtemps aux genestealers pour le maîtriser et l'infecter. Caractérisé par une crinière blonde drapée dans une grande robe organique ainsi que par un humour pince sans rire, l'héritage de l'eldar qu'il était, il sert de conseiller au patriarche ainsi que de traducteur, décryptant les nuances de « Oaarh » que ce dernier prononce non sans parfois rajouter une pointe d'humour personnelle et il est également détenteur d'un potentiel psychique effrayant ainsi que des connaissances qui ferait pâlir les érudits de tous horizons.

Harkz 

Insupportable pour beaucoup, un formidable orateur pour d'autres, Harkz est un personnage aillant la fâcheuse tendance à couper la parole lors d'une discussion. Ceci pourrait être dû à la présence d'une mutation ayant donnée naissance à une deuxième bouche. Ce comportement lui a valut le désamour de Kahra et de oh combien membres hauts placés du culte. En revanche sa désinvolture amuse le patriarche raison pour laquelle il n'y pas été encore recyclé.

Nyhkos

Le culte constitue également une énorme machine de laquelle tombe des centaines de parchemins et d’informations journalières. Le culte ne pouvant se permettre de perdre un quelconque parchemin de quelque sorte que ce soit, un membre se désigna volontairement afin de s’acquitter de cette tâche. Nyhkos est lié à la gestion administrative du culte, de la correction des écrits à la traque des informations fuitant de l’intérieur. Son caractère jovial et amical n'est en réalité qu'un reflet de sa folie encrée depuis déjà plusieurs années, acquise entre les corrections de paragraphes à la qualité ô combien médiocres et les poursuites incessantes aux parchemins.

Brararel

Brararel
La flotte ruche Tyranide donc le culte était issue fut dévasté par une flotte astartes, ce chapitre fut pratiquement

éradiqué, mais subsista une frégate. Celle si fut infiltrée par nombre d'organismes xenos qui répandirent la corruption au sein de tout ce qui interagissait avec les astartes, en particulier sur les encens de prière ainsi que les huiles consacrés. Également la banque de glandes progenoides fut touchée, ainsi que les organes à implanter. Les novices furent touchés de manière irrécupérable, des mutations et un soulèvement au sein des restes du chapitre mirent un terme à son existence et seule une poignée de marines genestealer respirait encore. Inévitablement ce dernier fut amené à entrer en contact avec le culte de OAARH. Le patriarche accueillit avec plaisir ses nouveaux enfants, en particulier le futur champion du culte, Brararel qui montra une admiration si forte pour le patriarche qu’en le voyant il ne put retenir un « woaw » d’émerveillement. Ce micro chapitre de 20 demi-astartes constitue un groupe d'intervention sur lequel le culte peut se reposer afin de mater des vaisseaux punitifs impériaux ayant pris vent de l’existence du culte. Brararel est un marine de taille moyenne, les cheveux ras, son armure est ornées d’arabesques représentant le patriarche et chaqu'unes de ses actions est ponctuée d’un « Que le patriarche me guide ».

Azrkasus

Cette petit créature semble être un organisme tyranide mutant couvert de nombreux filaments similaires à des poils. Généralement ce dernier patauge dans la baignoire du patriarche et sert de mascotte pour nombre de geneastelers. Également douée de parole, elle peut s’avérer très véhémente bien que sa nature molle soit proéminente. La danse qu'elle peut exercer en désarticulant son bassin limite les pires excès des décideurs du culte en les faisant rire aux éclats.

Cyberk 

Autrefois un arbites récalcitrant au culte, cet humain à été capturé après avoir tenté vainement de déraciner le Oaarh. Bien que la torture ait eu fait son office aucune information sur un réseau de résistants au culte ne fut établie et encore moins sur des mesures prisent par le gouverneur planétaire. Ainsi le Patriarche jugea lui-même l’imbécile, lui arrachant bras et jambes, remplaçant ses bras par deux lances flammes et il fut placé sur un appareil de déplacement mobile à chenilles. Également, Ymir s'occupa d’ «ouvrir» son esprit, lui laissant la capacité de grogner des mots incompréhensibles dans sa barbe mais le rendant obéissant à la moindre demande. Ainsi il sert de grand maître gustatif pour le patriarche et lors des grandes occasions il devient un véritable outil pyrotechnique, ponctuant les éloges de Kahra envers le Patriarche.

Les édits primaires

Dans le culte il existe des lois, des commandements permettant de gérer l’existence de millions d’individus et qui régissent leur actions quotidiennes, la coupure de la synapse oblige le culte à maintenir une forte emprise psychologique sur ses membres.

*Premier commandement : Il n'y a de dieu que le patriarche, il n'y pas de nom pour désigner un être aussi divin

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .