FANDOM



Cet article, Burning Angels, contient des incohérences avec le lore officiel et est donc non-favorable au canon. Si vous souhaitez le modifier pour qu’il devient canonisable, n’hésitez pas à venir discuter avec des Modérateurs de Contenu ou les Adminisateurs, voire même tout autre membre qui serait sûrement ravi de vous éclairer sur les problèmes présents dans votre article
Sachez que seul un Administrateur du Wiki peut retirer ce Modèle.

Community-header-background Cet article, Burning Angels, a été écrit par Qualial. Veuillez ne pas éditer ou utiliser cette fiction sans la permission de l'auteur.


Techno-Prêtre Cet article, Burning Angels, est actuellement en construction. L'auteur s'excuse pour le dérangement.

Les Astartes du Chapitre des Burning Angels, également surnommés les Blazing Angels ou les Fanning Angels pour ne citer que deux de leurs noms dérivés, comptent parmi les plus zêlés et les plus fidèles envers l'Imperium, plus qu'envers l'Empereur, de tous les Space Marines. Ils sont souvent critiqués pour leur attache extrême au passé et aux récompenses honorifiques, si bien qu'il n'est pas rares que certains de leurs cousins les surnomment grossièrement les Ego Angels, ou Anges de l'Ego. Fondé en M36 lors de la Quatorzième Fondation, les origines vengeresses de ce chapitre remontent au temps de la Grande Croisade, durant laquelle ils formaient la Septième Compagnie de la Légion des Dark Angels. C'est durant l'Hérésie d'Horus que leurs surnoms liés aux flammes leur furent conférés, et l'origine de cette histoire est si forte qu'encore au M42, les Burning Angels brûlent encore spirituellement comme physiquement de la trahison que leur frère Cypher a commis envers le fondateur spirituel du chapitre.

L'avenir du chapitre importe peu aux Burning Angels, et leur seule volonté réside en la vengeance. Ils n'ont ainsi pas peur de défier l'Imperium de par leur organisation militaire ou par leur méthode d'assaut, privilégiant la mort des Déchus au sauvetage d'Astartes Loyalistes.

Lointaines Origines

Même si la création de ce chapitre est un secret si bien gardé par l'Imperium que la plupart des autres chapitres ignorent son existence même, il n'en demeure pas moins que des archives poussiéreuses traitent de sa fondation. Cependant, ces écrits soigneusement cachés par le Maître Suprême des Dark Angels ne remontent pas jusqu'aux débuts des Burning Angels. En effet, ses lointaines origines remontent jusqu'aux prémices de la Grande Croisade, alors que les Dark Angels servaient encore de Garde Personnelle à l'Empereur. A cette époque, la grande majorité des compagnies Dark Angels servaient d'armée principale à l'Imperium, tandis qu'une dizaine de compagnies seulement avaient pour rôle de protéger l'Empereur sur et hors du champs de bataille. Parmi ces compagnies, on pouvait retrouver la Septième Compagnie, commandée par le capitaine Qualael, ou Qualial, des Dark Angels. Cette compagnie était spécialisée dans les assauts rapides d'infanterie et n'était composée presque que de piétons et de quelques véhicules de transport terrestre.


Alors chargé de la protection de l'Empereur, il fut ordonné au commandement de la compagnie de porter des armures tactiques Dreadnought, afin de ne pas faillir dans leur devoir. Le capitaine et ses conseillers ne purent discuter les ordres du Père de l'Humanité, mais lui assurèrent que leur spécialisation en assauts éclairs ne pourrait être utile s'ils étaient si lourdement équipés. La contestation partielle de la part d'un simple capitaine ne plut pas à l'Empereur, qui retira ses nombreuses récompenses à Qualial uniquement et non à la compagnie toute entière qu'il estimait "non-responsable de l'impertinence de son capitaine". Déshonoré par l'Empereur lui-même, Qualial jura de se racheter et se fit le serment de récupérer toutes ses récompenses lourdement acquises.


L'Avènement du Lion

Alors que la Grande Croisade avançait à plein régime sur la Galaxie, le Primarque disparu des Dark Angels fut retrouvé et se vit confier le commandement de la Légion, et donc de la Septième Compagnie, qui fut honorée d'enfin servir aux côtés de leur père. Sous le commandement du Lion, la septième compagnie eut la chance de combattre à de nombreuses reprises côte à côte avec leur Primarque, qui remarqua le talent de combattant de Qualial avec intérêt.


Moult batailles furent livrées au nom de l'Imperium durant lesquelles la Septième Compagnie enchaîna victoire sur victoire, mais les faits d'armes de la Compagnie lors de la Grande Croisade demeurent incomparables face à ses prouesses lors de l'Hérésie d'Horus. Lorsque leur Primarque se lança à la poursuite de son frère Konrad Curze afin de la ramener à la raison, les Astartes de la Septième Compagnie furent parmi ceux sélectionnés en premier pour l'accompagner puisqu'ils étaient fortement proches de la Première Compagnie des Night Lords, commandée par Jago Sevatarion, un ami de valeur aux yeux de Qualial.


Durant la Croisade de Thramas, la grande bataille entre Night Lords et Dark Angels se résolut par la défaite et la capture de Sevatar. Ce que les archives ne relatent pas, c'est que Sevatar fut provoqué et battu en duel contre Qualial, qui épargna son âme en mémoire de leur amitié. Il n'omit cependant pas d'ajouter à son arsenal le Glaive Tronçonneuse de Jago Sevatarion, qui deviendra plus tard une relique inestimable aux yeux des Burning Angels, ainsi que l'arme traditionnelle de chaque Maître du Chapitre.


La Grande Trahison

Le tournant dans l'Histoire des Burning Angels, comme dans celle de tous les chapitres issus des Dark Angels, est la trahison de Luther et des siens sur Caliban. Lorsque l'Hérésie d'Horus touchait à sa fin, les Dark Angels furent parmi les Légions chargées de remettre l'Imperium sur pieds, en éradiquant tout ce qui pouvait rester de cette sombre période de l'Histoire de l'Imperium. C'est en rentrant sur Caliban après une lourde succession de missions visant à purger les hérétiques restants au sein de l'Imperium que la Grande Trahison eut lieu.


A peine la flotte des Dark Angels eut pénétré l'orbite de leur monde natal que des batteries entières de canons planétaires se mirent à faire feu sur le Lion et ses fils. Lorsqu'il fut révélé que l'origine de cette trahison n'était autre que le père adoptif du Lion, ce dernier ainsi que quelques compagnies bien trop enragées pour être raisonnées assaillirent la planète. La Septième Compagnie en faisait partie.


Dès que leurs modules d'atterrissages eurent touché le sol, les ancêtres des Burning Angels prirent en main leurs armes de corps à corps et se ruèrent vers leurs frères déchus. Une tentative si désespérée aurait pu se finir par la mort de toute la Septième Compagnie en une fraction de seconde, mais le destin en a voulu autrement, si bien que la percée effectuée par les Terminators Tartaros et leurs Griffes Éclairs parvint jusqu'à l'entrée du monastère, permettant aux escouades d'assaut et tactiques de s'y ruer afin de charger les quelques défenseurs de la porte. Pris au dépourvu dans ce combat, les défenseurs furent très vite submergés, et le Primarque des Dark Angels parvint à pénétrer le monastère. Pendant que dernier vécut ses derniers instants en duel avec Luther, Qualial lui se préparait à vivre les siens avec Cypher.


Le duel entre les deux frères ne dura pas plus de quelques minutes, jusqu'à ce que Qualial ne parvienne à désarmer son ancien allié de son épée. Comme face à Sevatar, Qualial ne parvint pas à achever son frère malgré ses agissements et lui proposa la reddition. Ce dernier trompa Qualial en prétendant accepter, et lorsque Qualial lui tendit la main pour le relever, Cypher dégaina un pistolet à plasma de sa robe et tira a trois reprises dans le bras gauche du capitaine, qui tomba instantanément à terre. Cypher prit alors la fuite, et le moral de la Septième Compagnie fut réduit à néant.


Dans un dernier acte de bravoure, le Maître Apothicaire de la Compagnie, Natael Voreta, injecta à son capitaine une dose presque létale d’adrénaline dans l’espoir d'un retournement de situation salvateur. Et contrairement à son attente, Qualial reprit ses esprits le bras toujours en flammes, et mena une dernière fois ses hommes au combat, jusqu'au vaisseau encore fonctionnel le plus proche, dans lequel il donnera son dernier souffle.


La fin de la Septième Compagnie

Ayant à la fois perdu leur Primarque et leur capitaine, les Dark Angels de la Septième Compagnie perdirent foi en leur légion et s’exilèrent pendant une dizaine d’année sur la lune reculée du monde chevalier Sterdia, Sterdia Prime. Initialement vue comme une désertion, cet acte fut réprimandé par l’état major de la légion, mais un des Astartes du nom de Purson parvint à convaincre la compagnie de se reformer d’ici quelques années et de reprendre du service lorsqu’ils s’en sentiront prêt, ayant mérité une convalescence après leur passé héroïque au sein de l’Imperium.

Pendant près de douze ans, la Septième Compagnie s’exila sur Sterdia Prime et recruta massivement des Astartes à partir des quelques cités ruches de Sterdia. Lorsqu’ils se sentirent prêts à rejoindre les rangs de leur légion sous le commandement de Natael Voreta, ils ne retrouvèrent pas une légion mais un vulgaire millier d’homme qui avait dû se séparer de ses frères sur ordre du Lord Commander Roboute Guilliman. Cependant, Purson leur ayant promis une place au sein de sa légion lors de leur retour était devenu Maître du Chapitre des Dark Angels, et décida d’enfreindre les lois de Guilliman pour honorer sa promesse.


Purson répartit alors les quelques centaines d'Astartes revenus de leur convalescence à travers ses dix compagnies, mais la majorité d'entre eux furent intégrés directement à la Deathwing, leur haine particulière envers Cypher pouvant s'avérer utile au sein de la compagnie. Ainsi, pendant près de 6000 ans, les Space Marines de Qualial poursuivirent l'assassin de leur ancêtre au sein du chapitre des Dark Angels.


La renaissance du Phénix

Cependant, bientôt le pourcentage de légionnaires vouant un culte au capitaine Qualial au sein des Dark Angels devint trop important, et les embrasés commencèrent à déserter les opérations ne consistant pas à la traque de Cypher afin de partir en chasse aux Déchus. Ainsi, il fonda le chapitre des Burning Angels, dans lequel il envoya mille des Descendants de la Septième Compagnie, et parmi lesquels comptaient de nombreux terminators de la Deathwing, qui abandonnèrent ce prestige important dans l'unique but de venger leur frère.


Ainsi, comme un phénix renaît de ses cendres, de la brûlure spirituelle et physique millénaire de Qualial et de ses frères renaquit la Septième Compagnie sous le blason des Burning Angels, arborant le même noir que lors de la Grande Trahison, ainsi qu’un orange éclatant sur le bras gauche, afin de rappeler aux ennemis du Chapitre que la Septième Compagnie n’oublie pas. La fondation du chapitre fut des plus secrètes, car il fut logique que les Burning Angels allaient refuser de se battre pour l'Empereur, et qu'ils n’exécuteraient que les ordres émis par l'un d'entre eux. Hormis les Dark Angels et quelques uns de leurs successeurs, la plupart des Chapitres ignorent l'existence même des Burning Angels.

Reliques et Traditions

Les Burning Angels accordent une forte attache à leurs récompenses et au passé, refusant de s'y détacher tant que le crime de Cypher reste impuni. Ainsi, de génération en génération depuis la Brûlure, les Astartes de ce chapitre se transmettent leurs armes et armures, en prenant soin d'enlever toute marque ou sceau de pureté ayant appartenu au précédent propriétaire du matériel à qui leurs honneurs reviennent. Cependant, lorsqu'il est sujet du Maître du Chapitre, on observe le parfait contraire de cette tradition.

Héritages de la Septième Compagnie

Même si ces modèles peuvent paraître obsolètes aux yeux d'une majorité de chapitres, les Burning Angels arborent encore des armures énergétiques Mark IV et Mark III ainsi que des armures dreadnought de classe Tartaros et Cataphractii. Ainsi, depuis l'Hérésie d'Horus, les Astartes de la Septième Compagnie ne voulurent jamais adopter les nouveaux modèles d'armures tant que leur vengeance n'aurait pas été assouvie, en signe d'attache à leur sombre passé.

Au delà de leur volonté à ne pas évoluer, ils allèrent jusqu'à se transmettre des armure d'époques à peine retouchées jusqu'au M42 au lieu d'en racheter des nouvelles du même modèles. Il n'est ainsi pas rare que l'armure d'un Burning Angel présente des dysfonctionnement au beau milieu d'une bataille. Il est traditionnel chez les Burning Angels que les armures Tartaros et Mark III ne soient confiées qu'aux vétérans du chapitre, et que les armures Mark IV et Cataphractii soient portées par le gros des troupes.

Comme brièvement abordé précédemment, les Maîtres de Chapitre n'ont pas la même façon de penser que leurs soldats. En effet, là où un soldat doit délaisser les récompenses de son prédécesseur, le Maître du Chapitre, lui, doit délaisser son identité et les récompenses personnelles qu'il a acquises au cours de son service en tant que Space Marine, afin d'arborer l'identité et les récompenses du Maître de Chapitre précédent. Ainsi, Qualial XXVIII, Maître du Chapitre des Burning Angels au M42, possède sur son armures les récompenses et marquages de vingt huit générations consécutives de Maîtres du Chapitre, ainsi que le nom traditionnel honorifique de Qualial dont il a hérité.

De plus, même si les Burning Angels numérotent leurs Maîtres de Chapitre afin de s'y retrouver, le numéro qu'il est attribué à un Qualial est inconnu de tous les autres Chapitres, et certaines légendes externes au Chapitre voudraient qu'il ne s'agisse en réalité du même Maître de Chapitre depuis la création du Chapitre, et qu'il ne serait autre que Qualial, premier du nom.

Installation sur Sterdia Prime

Sur le monde de Sterdia Prime, officieusement baptisée Qualia par les embrasés, la forteresse-monastère du chapitre, encore en construction depuis la fondation du chapitre, abrite de nombreuses salles secrètes dans lesquelles les recrues sont chaque jour amenées et entraînées jusqu'à la dernière lueur de l'étoile Phasmaxima. Ces recrues sont sélectionnées par les plus flaireurs des capitaines du chapitre, sur l'astre autour duquel orbite Qualia, la glorieuse Sterdia.

Au delà des montagnes acrimonieuses et des forêts de pin sauvages s'élève un massif rocheux enneigé comptant sûrement parmi les monts les plus hauts de l'Imperium, baptisé par les plus superstitieux des autochtones le Mont Sterdal, signifiant dans leur dialecte le Mont du Dragon. En effet, la légende voudrait que le chevalier le plus puissant que la planète ait connu dans son Histoire, Hectus de Montsterdal, ait livré l'ultime combat de la Guerre Draconique à bord de son Knight Warden, face à face avec le dernier des dragons ayant ravagé la surface de la planète, au beau milieu d'une clairière entourée de nombreux pins enneigés. Durant ce duel titanesque, le Knight parvint à essouffler le dragon qui tomba violemment sur le ventre, recroquevillé, à terre. Hectus de Montsterdal serait alors entré tout droit dans la gueule du Dragon et aurait percé son cœur, changeant ainsi le dragon en une enveloppe de pierre à la vague forme d'un dragon, le Mont Sterdal, sur lequel serait bâti plus tard la grande ville de Montsterdal qui deviendra la première cité ruche de la planète.

On retrouve dressé sur les murailles de la cité le blason de la maisonnée de Montsterdal, sur lequel est représenté un chevalier entouré de flammes, fixé par deux grands yeux bleus de dragons ; et au sommet de la montagne est érigé le château des braves chevaliers de la planète, le Castel Montsterdal. Nul ne sait si c'est le traumatisme lié aux flammes que partagent les deux factions qui les rapprocha, mais les Burning Angels et les chevaliers de Sterdia se lièrent d'une complicité et d'une amitié dépassant les formalités entre nobles défenseurs des citoyens de l'Imperium.

C'est cette relation fructueuse qui incita les Astartes du chapitre à recruter de nombreuses recrues dans la capitale sterdienne, et à louer les services de la maisonnée au combat plus d'une fois. Au fil des années, les recrutements effectués à Montsterdal s'étendirent jusqu'aux cités ruches plus lointaines et plus enfouies au cœur de la planète et la bonne entente entre la Maisonnée de Montsterdal et le Chapitre prit de l'ampleur jusqu'à ce que même le gouvernement planétaire de Sterdia ne se lie d'amitié avec les embrasés.

Étant un chapitre illégitime et inconnu de la plupart des Astartes et des institutions administratives de l'Imperium, les Burning Angels ne purent compter que sur les ressources de Sterdia pour les aider à bâtir leur forteresse. Ainsi, en l'échange d'une promesse de toujours veiller sur leur planète, les Sterdiens offrirent ressources et main d’œuvre aux Burning Angels et amorcèrent l'érection du monastère sur Sterdia Prime. Depuis près de six millénaires, l'infrastructure est en construction car ne bénéficie pas des aides du Mechanicus et ne compte que sur la force physique de milliers d'hommes et d'une poignée de Space Marines pour être bâtie. Remplie de salles et d'armes secrètes, la citadelle bientôt terminée ne représentera pas qu'un lieu de répit pour ses légionnaires, mais également une véritable force de frappe elle-même.

Sélection des recrues

Avant d'être intégré au chapitre, un aspirant embrasé doit successivement réussir à une série d'épreuves, allant du simple test physique à la mise à l'épreuve de sa volonté.

Les trois premières épreuves prennent la forme de tournois dans la grande arène de Montsterdal. Ils évaluent respectivement, trois cents, cinquante et dix hommes, et en sélectionnent respectivement cinquante, dix et trois. A la fin du tournoi, les trois vainqueurs reçoivent leurs premiers pistolets bolter.

La quatrième épreuve est celle de la Grande Traque. A l'instar du Déchu ayant enflammé le chef spirituel des Brazing Angels, les Sterdiens furent au cours de leur histoire confrontés à de nombreuses attaques de dragon ayant rasé certaines villes plus d'une dizaine de fois. Leur haine envers les Dragons étant similaire à celle des Anges envers les Déchus, les néophytes sterdiens participent durant cette épreuve à la traque d'un dragon à travers les contrées sauvages de Sterdia. Les trois vainqueurs des tournois sont déployés dans la zone armés d'un bolter et équipé de quelques ressources afin de survivre plusieurs jours dans la forêt. Leur but est de traquer, d'éliminer un dragon pré-mature et d'en apporter la tête à Montsterdal, le tout en moins de dix jours terriens. S'ils réussissent, les survivants reçoivent leur implants scout et doivent encore faire leurs preuve quant à leur respect des croyances du chapitre.

La cinquième épreuve des recrues se déroule sur le Roc, et n'est autre qu'un service de trois ans en tant que scout dans une compagnie Dark Angel. Là bas, ils doivent agir avec la plus grande noblesse et montrer leur désir d'être décoré par l'ancienne Première Légion. S'ils ont la chance de combattre une force armée de Déchus durant ce service, leurs chances d'être plus tard gradé au sein du chapitre sont souvent plus grandes. Ce n'est qu'après cette cinquième épreuve que les recrues reçoivent les derniers implants nécessaires à faire d'eux des Anges de Qualial.

La sixième épreuve, celle de la Flamme Nous Consumant Tous, est sûrement la plus douloureuse et la plus insupportable de toutes. Le Space Marine qui y est confronté est forcé à entendre l'histoire de la chute des Dark Angels et de la Septième Compagnie tout en plongeant son bras dans un brasero dans lequel sont constamment brûlés des casques de Déchus que le chapitre est parvenu à traquer et à tuer. A travers la sixième épreuve, si le Space Marine a tenu pendant un jour entier sous la douleur, on considère que sa haine envers les Déchus et Cypher est aussi forte que celle de tous les autres Astartes du chapitre, et seulement alors l'Ange de Qualial est reconnu comme tel. Il est raconté parmi les Burning Angels du M42 que le Maître du Chapitre, Qualial XXVIII, ne céda qu'au bout de cinq jours à la sixième épreuve, et qu'il fut promu Chapelain dès son entrée dans le chapitre.

Reliques du chapitre

  • L’Épaulière de Qualial : épaulière originale de l'armure MK3 du Capitaine Qualial, encore brûlée par le plasma de Cypher. Traditionnellemment porté par le Maître du Chapitre.
  • La Glaive de la Nuit : glaive tronçonneuse de Sevatar. Arme traditionnelle du Maître du Chapitre
  • The Seventh's Fury : barge de guerre de la Septième Compagnie de la Légion des Dark Angels, datant de l'Hérésie d'Horus.

Organisation militaire

Son histoire depuis l'Hérésie d'Horus n'ayant que peu respecté les règles de Guilliman sur les Chapitres et leurs obligations, on ne s'attend pas à ce que l'organisation du chapitre des Burning Angels suive celle des autres. En effet, que ce soit de leur effectif, du rôle de leurs compagnies et allant même jusqu'à celui de leurs Chapelains, l'organisation militaire des Burning Angels est assez différente de celle des autres chapitres.

Compagnies

Divisé en six compagnies complètes seulement , le chapitre surpeuplé des Burning Angels a pour doctrine de ne jamais séparer deux de leurs frères sur le champs de bataille, préférant ainsi posséder six énormes groupes de combat qu'une dizaine d'entre eux moins peuplés. Si la composition de chacune des compagnies varie selon sa spécialité, elles possèdent toutes le point commun d'être commandés par une escouade de vétérans revêtis d'une armure Mark III originale. Les compagnies des Burning Angels sont les suivantes :

  • La Première Compagnie : sous les ordres directs du Maître de Chapitre, la première compagnie composée de près de 200 hommes est spécialisée dans la prise de territoires et dans sa défense.
  • La Seconde Compagnie : composée de plus de 150 Space Marines, la seconde compagnie dont les membres sont surnommés les Ravageurs, est spécialisée dans les embuscades et la destruction de bâtiments et de véhicules. Devastators, Scouts et une escouade d'Assaut chargée de plusieurs bombes à fusion sont présents dans les rangs des Ravageurs.
  • La Troisième Compagnie : les Aigles de Feu sont les 170 Space Marines d'Assaut qui composent la Troisième Compagnie, chargée le plus souvent de la protection de Montsterdal.
  • La Quatrième Compagnie : spécialisée dans la chasse aux démons, la quatrième compagnie et ses 150 chevaliers vagabondent dans le Warp à bord du Seventh's Fury. La grande majorité des Librarians du chapitre en font partie.
  • La Septième Compagnie : tirant son nom des ancêtres du chapitre, la Septième Compagnie et ses 350 Légionnaires sont les seuls Space Marines du chapitre dont d'autres Astartes que les Dark Angels ont connaissance. C'est également la seule compagnie du chapitre qui est mise à disposition au Lord Commander, et son seule rôle est d'honorer le chapitre pendant que la dernière compagnie efface son déshonneur.
  • La Onzième Compagnie : composée de plus de 1200 Astartes à elle seule, la Onzième Compagnie est le remerciement des Burning Angels envers les Dark Angels qui les ont hébergé en leur sein malgré les risques qu'ils encouraient à le faire. La Onzième Compagnie des Burning Angels sert de rédemption au chapitre, et est assignée à la dure mais glorieuse tâche qu'est de retrouver et d'anéantir Cypher. Ils sont très fréquemment déployés pour porter renfort à la Deathwing des Dark Angels, ou pour éliminer quiconque à l'apparence d'un Déchu qui oserait s'approcher du Roc ou de Qualia.

Légion

Plus qu'à celle d'un chapitre, l'allure des Burning Angels est comparable à celle d'une véritable Légion d'antan. Du haut de leurs 2200 Astartes, les embrasés sont prêts à défier l'autorité de Guilliman et à provoquer une guerre avec les Ultramarines si c'est pour bénéficier d'une armée capable de raser à elle seule la flotte toute entière des Déchus ; car il est dit par certains qu'une fois leur nemesis Cypher exécuté par la main de leur Maître de Chapitre, les Burning Angels enfin vengés seraient capable de dissoudre leur chapitre. Ainsi leur volonté de posséder une armée démesurée est acceptable puisqu'elle n'est destiné qu'à un seul but précis, et qu'une fois ce but atteint, l'immense armée disparaitrait et ne serait une menace pour aucun habitant de l'Imperium.

Rôles spéciaux

Au sein du chapitre, une foi est très puissante se fait ressentir mais n'est pas orientée envers l'Empereur ni envers une quelconque divinité de la ruine. En effet, la spiritualité du chapitre et vouée à leur ancêtre Qualial, premier du nom, et le rôle des Chapelains au combat est de maintenir cette foi inconditionnelle et inébranlable au sein des rangs des embrasés.

On peut également noter que grâce au second commandant de la compagnie après la mort de Qualial, Natael Voreta, les Apothicaires du chapitre ont un rôle dépassant celui de toubib et peuvent être promus jusqu'au rôle même de capitaine. On peut notamment penser au capitaine de la seconde compagnie, le Maître Apothicaire Ezekiel Salomon.

Étant soit inconnus soit méprisés des institutions impériales, les Burning Angels furent exclus de toutes les avancées technologiques dont bénéficient les autres chapitres Space Marines. Ainsi, le chapitre ne présente aucun Primaris Marines, et même s'ils en avaient la possibilité, leur attache au passé les pousseraient à refuser ces demi-dieux.

Personnages notables

  • Capitaine Qualial de la Septième Compagnie : fondateur spirituel du chapitre et leader mental des Burning Angels encore au M42, il est l'Embrasé originel et la force ardente du chapitre.
  • Natael Voreta : il était le meilleur ami de Qualial et fut celui qui propagea sa haine parmi les ancêtres des Burning Angels.
  • Qualial II : premier Maître de Chapitre des Burning Angels, il se lança dans la traque de Cypher dès son premier jour en tant que tel et parvint à éradiquer près d'un millier de Déchus durant sa vie.
  • Qualial XIX : ce Maître du Chapitre est considéré comme le sauveur des Burning Angels, et qui en 231.M39 parvint à anéantir une compagnie entière des Burning Angels s'étant tournée vers les puissances de la ruine. C'est suite à cette catastrophe qu'il implanta dans ses rangs un grand nombres de Chapelains qui furent chargés de rependre la Flamme Nous Consumant Tous.
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .