FANDOM



Techno-Prêtre Cet article, Andromède, est actuellement en construction. L'auteur, Bastien Pr, s'excuses pour le dérangement.
Community-header-background Cet article, Andromède, a été écrit par Bastien Pr. Veuillez ne pas éditer ou utiliser cette fiction sans la permission de l'auteur.

"Andromède ? Un nom qui fait office de prénom et un prénom qui fait office de nom, douce ironie de la part d'une jeune femme à la vie pourtant si mouvementée, si riche, et dont l'identité ne se résume qu'à un nom...je ne lui donne pas quatre ans à mon service."
—Bastien Pavonis à propos du dossier Andromède.

Autrefois Ganger, prostituée et agente inquisitoriale, Andromède a parcouru un long chemin de pathos avant de devenir Inquisitrice. Faisant partie de la première équipe inquisitoriale avec Fishin et Mysandra, elle devint inquisitrice après la destruction de celle ci sur Créor. Et vit depuis en enchaînant diverses affaires inquisitoriales.

L'inquisitrice est bien vue au sein de l'inquisition et de l'ordo xeno. Sans être une grande intellectuelle et bien que travaillant sur des enjeux qu'elle qualifie de "moindres", ses travaux sont salués par beaucoup et ses opinions radicales s'avèrent bien plus nuancées que celles de son maître.

Andromède est une personne timide, douce, humble et naturellement aimante. Désintéressée du pouvoir et des ambitions, elle ne fait que son travail pour aider l'imperium. Mais bien que compréhensive, elle s'avère aussi empathique. Voir sensible. Elle fut l'amante de l'Inquisiteur Castelianos avec qui elle eut une fille: Héra. Mais depuis, la jeune femme a retrouvé l'amour dans les bras de Verita Devonis, un amour sincère, passionné, un idylle qu'elle n'a jamais connu auparavant.

Biographie

Les misérables

Née dans une rose

Andromède commence sa pénible existence en 0002.m42 dans le Quartier des Roses sur Necromunda. Élevée dans le clan des "Amazon's Breath" du clan Esher, elle est le résultat d'une union entre Cassiope, tueuse d'élite du clan et un illustre inconnu. Sa naissance pourtant, était déjà sujet à controverse. L'homme, si son identité était inconnue, n'était cependant ni prisonnier de guerre, ni servant des Esher. Accorder la vie à Andromède revenait donc à accorder celle d'un mâle indésirable dans le gang. Cette affaire se régla dans le sang, encore une fois, durant un duel entre Cassiope et la chef de Gang Anathée. L'une perdit sa main, l'autre son oeil, et Andromède fut définitivement acceptée dans le clan.

Son enseignement fut exclusivement effectué par sa mère, méfiante des autres qu'elle jugeait responsables de la perte de sa main. Longtemps, celle ci se démenait donc à apprendre à sa fille l'art du tir au fusil long, de l'assassinat et de la discrétion. Cependant, la jeune Andromède se démarquait bien des pratiques de sa mère, préférant le glaive et le pistolet au fusil. L'agilité à la discrétion...et la sociabilité à la méfiance. Souvent, elle profitait ainsi des migraines de sa mère pour, avec la candeur des enfants, rejoindre les comparses de son âge pour s'amuser avec elles. Si au départ elle était rejetée du pied, laissée pour compte, ignorée; progressivement, la douceur quasi surnaturelle d'Andromède les amena à progressivement l'inclure dans leurs entraînements..leurs chasses..leurs jeux..leur cercle d'amis. Pour Andromède, ce fut une joie, pour Cassiope, ce fut une crainte, pour Belderia, fille d'Anathée, ce fut une menace à abattre. Si Andromède fraternisait aussi aisément avec les autres filles, il était indéniable qu'elle pourrait devenir une tueuse idéalisée dans le gang, ou pire...prétendre au titre de futur Matriarche.

Rose rouge, rose blanche

A l'approche de ses 16 ans, Andromède passa, avec ses consœurs des Amazon's Breath, le dernier test initiatique pour enfin accéder à leurs places durement méritées au sein du gang. Ramener la Rose Rouge, ou la Rose Blanche. Loin d'être une référence poétique aux fleurs du mal, les Roses "Rouge" et "Blanche" sont en fait des ambots aux couleurs éponymes à leur nom, que le clan relâche dans le Carrefour des Roses à chaque épreuve d'intronisation. Le but des initiées étant de faire cause commune pour capturer les ambots et les ramener à Anathée sans dommages collatéraux. Inutile de dire que tout ne se passa pas comme prévu.

Arrivée au carrefour des Roses, la petite équipe se divisa en plusieurs groupes, Andromède et Belderia devaient servir d'appât, leurs capacités au combat rapproché les amenant au plus proche du danger, afin que leurs sœurs puissent préparer les fusils harpons et les électro filets. Ce n'était pas le cas de Belderia, qui, secrètement, n'aspirait qu'à faire disparaître Andromède pendant leur combat face aux ambots. Sa trahison ne se révéla qu'au moment où celles ci affrontèrent la Rose "Rouge", versatile et haineuse, Belderia tenta de poignarder la jeune femme dans le dos. Andromède, ironiquement, ne dut sa survie qu'à la Rose "Rouge" qui envoya son bras mécanique pulvériser le dos de Belderia, l'envoyant dans les roses...La sororité des Amazons arriva en catastrophe, mettant fin à l'épreuve, découvrant une Belderia bien vivante, mais prisonnière à jamais d'un corps mort. L'opprobre ne pouvait connaître pire paroxysme, non seulement Belderia n'était pas morte dans l'honneur, mais plus encore, elle était condamnée à devenir un poids mort pour la tribu...privant Anathée de son héritière chérie.. La sentence de la matriarche fut implacable, Andromède, condamnée à tort, fut à jamais bannie du clan et dut rejoindre les parjures et les parias du clan en tant que catin dans la maison close de "L'Hyppolita", pour y mener une existence méprisable à collecter des informations pour un clan qui l'avait rejetée.

Une Rose au paradis

Andromède est ainsi renvoyée de son clan, à l'aube, elle est ramenée dans un transport à "l'Hyppolita", lieu de prostitution notoire sur Necromunda. De sa mère, elle ne recevra plus jamais d'informations ni sur sa réaction, ni sur son état actuel, de même pour ses amies. Elles sont probablement mortes depuis. Mais revenons en à l'instant présent, car c'est une Andromède encore juvénile qui est laissée aux bonnes mains du proxénète Triimalsion, serf de la maison Escher et, accessoirement, riche parvenu dont ses multiples compagnes ont fait la renommée sur tout Necromunda. Andromède devait donc finir dans un des établissements les plus chers de la planète en tant qu'amuse gueule pour l'aristocratie necromundienne. Mais tout d'abord devait elle apprendre à aimer. Celle ci se retrouva en compagnie d'une seconde novice, Maeli, chacune s'exerçant ainsi sur l'autre sous la minutieuse supervision d'un eunuque qui jugerait qui aurait sa place dans l'Hyppolita. Les recalées étaient souvent mises à la porte et finissaient dans de petits trous sordides, ou bien retrouvait on leurs organes dans un, des trop nombreux, marché noir de la planète.

Fait surprenant, ce fut peut être la première fois qu’Andromède aima, d'abord avec réticence, puis avec plus de sincérité, sa compagne de mésaventure. Dire qu'elles n'auraient pas survécu l'une sans l'autre aurait été un euphémisme, et cette "relation" d'apprentissage dura ainsi une année complète {où Andromède inventa son célèbre "rond de jambe" qui en ferait rêver plus d'une..} jusqu'au jugement. Sur les trente "élues" ramenées dans ce lieu, six seulement furent retenues pour rester en tant que "Nymphes" ou "Nymphettes". Ce fut le cas d'Andromède, ce ne fut pas le cas de Maeli. Ses fameuses "techniques" avaient sans doute aidé l'ex ganger à être élue, mais, de manière plus cynique, le jeune âge d'Andromède, et son apparence plus jeune encore, avait certainement influencé l'avis général des "Électeurs". Maeli accepta son destin sans rechigner, à la grande détresse d'Andromède, son périple amoureux s'acheva dans une rue deux ans plus tard lorsqu'une brute anonyme lui broya le crâne pour "mauvais service". Andromède n'en sut jamais rien.

IMG 20190616 215703

"Une rose sauvage faite chaire..et quel regard déterminé, elle fera une parfaite concubine au sein de l'Hyppolita." Paroles accordées à Triimalsion face à sa nouvelle prise.

L'Homme qui rit

Une rencontre fortuite

Ainsi, après avoir passé une année sabbatique d'entraînement, Andromède entra finalement en concubine de choix au sein de l'"Hyppolita". Ce fut sa première et dernière journée au sein de ce lieu de débauche. En effet, le client qui avait réservé une chambre avec elle n'était nul autre qu'un certain inquisiteur en chasse, dont la traque d'un culte l'avait mené précisément dans la chambre de l'exclue, en tant que client. Si sa mission passait d'abord, l'inquisiteur n'eut cependant à cette époque peu ou pas de scrupule à profiter de la nuit avec elle, espérant partir durant le sommeil de la jeune femme pour régler son "affaire" en abattant les cultistes cachés dans le bâtiment. Encore une fois, tout ne se passa pas comme prévu et le staccato d'une fusillade réveilla en sursaut la prostituée qui rejoint en trombe la chambre d'à côté avec pour seule arme le pistolet que lui avait autrefois légué sa mère. Si le combat contre les cultistes était clairement à l'avantage de l'Homme, l'aide d'Andromède fut non négligeable et elle sauva la vie de l'Inquisiteur deux fois d'affilées, si tant est qu'il fut réellement en danger. Néanmoins ce fut pour ses actes, tant passif qu'agressif, que Bastien se décida à l'engager dans son équipe naissante et la tirer de ce trou à rat afin de profiter d'une nouvelle vie méritée.

Une nouvelle famille.

D'un naturel d'abord timide, Andromède avait du mal à s'intégrer à l'équipe. Mysandra et son caractère changeant lui menaient une vie difficile, tantôt douce, tantôt cruelle, la tueuse avait la fâcheuse tendance de lui rappeler son médiocre passé tout en s'interrogeant sur la légitimité de sa place dans le groupe. Bastien lui même semblait se comporter de manière versatile, derrière la façade d'un être calme et réfléchi, Andromède découvrit une créature tourmentée et décimée dont la survie tenait uniquement par la prise de substance, du moins c'est ce qu'elle croyait à l'époque. Le seul qui l'accepta réellement était le vieux vétéran Fishin, elle le découvrit alors qu'il écrivait des poèmes sur le septième pont de stockage. Quoi que peu éduquée, Andromède exprima très vite son admiration pour le poète et son désir d'apprendre à écrire. Alors chaque semaine ils se retrouvaient sur le pont sept, Fishin lui apprenant à parler le bas et le haut gothique, à écrire et dans le même temps et à lire des œuvres plus élaborées. Indéniablement, Fishin a eu une considérable importance sur ce qu'est devenue Andromède, une femme cultivée, délicate et sensible. Fishin et Andromède s'aimèrent, non pas de manière physique, mais d'un amour purement platonique. Après une enfance désastreuse, il semblait impossible pour Andromède d'aimer à nouveau de cette manière charnelle sans se considérer comme la catin qu'elle aurait dû être, elle resta donc dans l'entre deux de ces amours enfantins. Et Fishin l'aima bien assez pour accepter son choix.

Dans un second temps, il lui apprit à comprendre les autres, Bastien et Mysandra principalement. Les raisons de l'un à et de l'autre, de ce qu'ils étaient à ce qu'ils sont devenus et des raisons de leurs actes. Des explications nécessaires qui permirent à Andromède de mieux comprendre, d'aider, d'aimer sa nouvelle famille sans crainte du rejet..jusqu'à être définitivement adoptée par les membres de l'équipe..

Cet amour platonique entre le vétéran et la ganger se dévoila "publiquement" peu après la rencontre de Bastien avec le rogue trader Marco durant une opération inquisitoriale. Ayant perdu sa mâchoire durant les combats, Andromede resta un long moment en convalescence, d'abord pour trouver un médecin capable de la soigner, mais aussi, et surtout, suite aux graves séquelles psychologiques qu'une blessure aussi violente pouvait causer. Elle passait la majorité de son temps libre soit à créer des masques qu'elle portait pour cacher son trou béant, soit à réclamer de la morphine pour taire ne serait ce qu'un instant les douleurs lancinantes qui la prenaient. Et durant tout ce temps, Fishin veilla sur elle, l'aida du mieux qu'il pouvait notamment en tant que soutien psychologique, tout en prenant grand soin à essayer de calmer ses traumatismes. Lorsque le médecin chirurgien biologis Paolo fut engagé pour lui réparer la mâchoire, Fishin resta à ses côtés neuf mois durant privilégiant Andromède à ses propres missions. Bastien ne manifesta pas son désaccord, par nostalgie Peut être, ou bien parce qu'il avait d'autres chats à fouetter. Toujours est il qu'une fois encore, Andromède put compter sur lui pour l'aider à passer ses épreuves les plus rudes. Et leur amour fusse t'il platonique, ne fit que grandir.

Une rose qui fane

L'année 110.m42 marqua profondément la mémoire d'Andromède, jugée apte pour revenir sur le terrain, elle vint rejoindre Fishin et Mysandra dans diverses missions d'infiltration et de collecte de données. Et plus elle avançait dans le parcours de sa petite vie et plus elle réfléchissait sur sa relation avec Fishin. Elle finit par prendre son courage à deux mains et dévoila ses sentiments envers le soldat alors qu'ils étaient en chemin pour Créor afin d'y rétablir l'ordre, une mission classique. Alors une nuit, isolés dans la cabine du vieil homme, ils se livrèrent à leurs sentiments communs et se promirent que cette mission serait leur dernière, et qu'ils quitteraient la suite de Bastien pour vivre leur vie ensemble. Ce fut cette nuit là qu'ils s'embrassèrent, cette nuit là qu'ils s'aimèrent pour la première et dernière fois. Le lendemain, ils arrivèrent sur Créor, et arriva ce qui arriva. Fishin perdit la tête, décapité par un mutant du chaos. Mysandra empoisonnée mourut quelques mois plus tard. Nul ne sait exactement la réaction d'Andromède. Si Bastien plongea dans la détresse et le radicalisme, Andromède se montra bien plus réservée dans sa douleur. Le seul témoin de ses larmes fut le tatouage à sa hanche: une rose noir, souvenir d'un soir, et pour toujours, une preuve d'amour.

Un nouveau départ

Une rose en exil

Peu après la mort de Fishin s'ensuivit la longue agonie de Mysandra, c'est durant cette période que la jeune femme découvrit un Bastien bien plus froid et distant, dont la douleur de la perte l'avait plongé dans un lunatisme qui hanta longtemps l'ancienne ganger de Necromunda. Peut être conscient qu'il était en train de détruire les derniers reliquats de sa famille, le vieil inquisiteur précipita l'intronisation d'Andromède au sein de l'ordre. Entrant au service de l'ordo xéno en tant qu'inquisitrice novice, Bastien n'attendit pas plus pour l'envoyer aussi loin de lui que possible.

Ce départ se traduisit par des affaires longtemps menées en solitaire, sans réelle répercussion à l'échelle galactique. Elle laissait cette gloire aux suicidaires et aux expérimentés, se contentant d'un travail dans l'ombre, loin de son ancienne famille, avec pour unique lieu de vie un simple croiseur de l'inquisition donné par son mentor. Ce fut cependant durant ses errances dans les confins les plus éloignés de la galaxie que l'Inquisitrice fit la connaissance de diverses espèces xenos, avec qui elle développa un certain respect voir, plus rarement encore, d'une véritable relation de confiance. Ce fut le cas pour la ranger eldar Aelthia dont le chemin croisa régulièrement celui d'Andromède et qui virent leurs relations autrefois tendues et suspicieuses, se changer en un respect commun, voir même une forme d'amitié. De manière plus générale encore, c'est durant cette vie de devoir qu'elle acquit un mystérieux collier de moelle spectrale dotée de la rune de l'amitié. Bien qu'elle se garde de porter ce cadeau, ou même d'en parler, il est indéniable que ses actions aient pu aider d'une manière ou d'une autre le peuple eldar au point qu'il lui ait donné un tel artefact. Les raisons de ce cadeau restent aussi nébuleuses que les décisions de Bastien à son égard.

L'heure du Printemps

Ses longues années de services ininterrompus la menèrent à l'inévitable rencontre de ses semblables inquisiteurs. C'est ainsi qu'elle fit la rencontre de l'Inquisiteur Sébastian Castellanos durant une affaire mineure sur les Lunes D'Irfadiel. D'abord distante, elle se révéla peu à peu touchée par l'attention du jeune ambitieux, attention qu'elle n'avait plus reçu depuis Créor, et, par candeur, finit par lui tomber dans les bras en devenant une de ses...concubines. Pourtant, si elle s'était volontairement laissé aller à une place d'amante, son illusion ne dura qu'un temps. Le temps qu'elle ne comprenne qu'elle n'avait été qu'un moyen d'en apprendre plus sur son mentor, soupçonné d'hérésie. Bien que l'inquisiteur Castellanos lui réaffirma son amour pour elle afin de dissiper tout soupçon, une légère amertume avait commencé à envahir Andromède, qui ne voyait de plus en plus son amant comme un informateur opportuniste dénué de réels sentiments pour elle. Mais par ce candide amour qu'elle continuait d'entretenir, elle continua de le suivre dans ses missions les plus dangereuses, son bonheur alors faisait le sien.

Pourtant il est indéniable que son amour pour Sébastian lui fut d'une grande aide, notamment lors de l'affaire Miranor, où elle retrouva un Bastien Pavonis rongé par le chagrin, le regret et le radicalisme. A ses yeux, sa nouvelle équipe ne semblait être que l'ombre de l'ancienne, et elle ne put que constater que si ses capacités s'étaient nettement améliorées avec le temps, cela n'était pas moins grâce à l'entraînement que l'utilisation de sa lame démoniaque, un constat qui la laissa quelque peu amène et désœuvrée. Pourtant, paradoxalement même, à où elle semblait perdre espoir en son mentor, elle le retrouva cependant en son mari, dont elle compris qu'il semblait s'être rejoint à la cause en faveur de Bastien, et dont elle apprendra plus tard qu'il avait prévenu Bastien qu'un procès contre lui allait se tenir. Elle fit de même la rencontre des nouveaux agents de Bastien, dont elle se révéla étonnamment...contrastée. Elle se montrait froide mais empathique envers Graesha, détachée mais curieuse face à la soeur Ardelia, réservée mais attentionnée envers Anton...seul Heidugen semblait réellement attirer son mépris. A ses yeux, il était le plus dangereux des trois "radicaux" et de la "puritaine". Et encore, elle ne savait pas non plus ce qu'il avait fait à Mysandra, sinon nul doute qu'il n'aurait pas vécu si longtemps...l'affaire Miranor s'acheva une nouvelle fois dans le sang et la destruction. Andromède assistant à la mort de la sœur de bataille et, une nouvelle fois encore, au déchaînement de violence de son ancien maître. Elle se réfugia alors une nouvelle fois dans les bras de son amant, souhaitant prendre le plus de recul possible par rapport aux derniers événements...

Au point qu'ainsi, deux ans plus tard, elle donna vie à la petite Héra, peu de temps avant ce qui allait devenir le Procès. La douceur et la bienveillance naturelle de la belle en firent une mère plus aimante encore que n'importe quelle nourrice de Sebastian. Elle tempéra ainsi ses missions, se faisant plus rares, laissant son amant vaquer à ses préoccupations inquisitoriales au bénéfice de la petite fille, qu'elle s'était mise à chérir de tout son cœur. Si Sebastian la considérait comme une concubine, elle refusait cependant qu'Héra puisse manquer de sa mère. Ainsi se fit elle non seulement douce et présente, mais aussi plus attachée encore au point de détenir un amour fusionnel avec la petite en la chérissant plus que tout.

Aux couleurs de l'incendie.

Andromède dut cependant quitter sa fille adorée peu de temps après. Et pour cause, l'heure était venu d'assister au procès de son mentor. Là-bas, accompagné de toute une coterie d'inquisiteurs des différents ordos, elle retrouva un Pavonis à bout de souffle, de plus en plus rongé par le doute de ses actes, face à un procès qui devait tourner à l'exécution du vieux radical. Et au jeu de massacre.

Description

Physique

En cours de rédaction.

Psychologique

En cours de rédaction.

Équipements

En cours de rédaction.

Connaissances

En cours de rédaction.

Faits notables

En cours de rédaction.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .